Roglic pensait à la victoire d'étape et pas au podium quand il a attaqué

27/07/18 à 19:44 - Mise à jour à 19:45

Source: Belga

(Belga) Primoz Roglic a réussi une excellente opération vendredi au Tour de France: vainqueur de la 19e étape, le Slovène dépasse Chris Froome et s'installe sur le podium de la Grande Boucle, à la veille du contre-la-montre décisif. "Je ne pensais pas au podium quand j'ai attaqué, je pensais à la victoire d'étape", a déclaré Roglic après sa victoire.

Roglic a fait la différence dans la longue descente vers Laruns. "On était tous fatigués, la journée a été très difficile. Je savais que le moindre écart serait difficile à boucher dans la descente. J'ai appuyé très fort sur les pédales. Quand j'ai entendu que j'avais 5 secondes d'avance, j'ai tout donné jusqu'à la fin et ça en valait la peine." "C'est quand même fou, j'ai gagné ici dans les Pyrénées", a ajouté le vainqueur du jour. "J'ai senti que j'avais de bonnes jambes toute la journée. J'ai décidé de tenté ma chance. Pas une seule fois, mais plusieurs fois. Finalement, ça a réussi dans la descente." Le Slovène est 3e du général, à 19 secondes du 2e, Tom Dumoulin, et avec 13 secondes d'avance sur Froome avant le contre-la-montre de samedi. "Ce sera très dur, un gros défi. Je ne vais pas courir contre Dumoulin ou Froome, je vais me concentrer sur moi-même, je tiens à terminer le chrono en étant fier de ce que j'aurais fait." Roglic confie qu'il ne savait pas ce qu'il valait dans un Grand Tour, lui qui n'avait disputé jusqu'ici que le Giro 2016 et le Tour 2017. "Oui, je suis surpris un peu de moi-même en étant troisième, mais nous ne sommes pas encore là. Samedi, ce sera dur. Tout le monde repart de zéro. Tout le monde est fatigué. Je n'ai pas encore reconnu le parcours, mais ce n'est certainement pas un chrono idéal pour moi. Je devrai tout donner et espérer un bon résultat." Roglic a profité de l'excellent travail de son équipe LottoNL-Jumbo. Robert Gesink a d'abord assuré la poursuite derrière le groupe de tête puis Steven Kruijswijk a pris le relais, plaçant plusieurs accélérations. "Nous devions tous deux tenter notre chance. Il gagne l'étape et nous remontons chacun d'une place au général: c'est une bonne journée pour nous", s'est réjoui Kruijswijk, désormais cinquième. "Gesink a fait un travail énorme pour réduire l'écart avec les leaders. Primoz a parfaitement conclu le travail, il est si fort." Gesink s'est sacrifié volontiers pour permettre à son leader de s'imposer. "Je l'ai fait avec plaisir et c'était nécessaire. Cela devait être 'court' et 'dur', autrement Froome aurait été à son aise avec ses équipiers." Avant l'étape, Gesink avait dit que son équipier gagnerait l'étape. "Nos gars avaient reconnu cette étape, nous savions que cela pouvait arriver. En tant qu'équipe, nous avons bien travaillé et joliment conclu." (Belga)

Nos partenaires