Roberto Martinez en Chine

25/04/18 à 10:00 - Mise à jour à 24/04/18 à 14:44

Le sélectionneur belge rend visite à Axel Witsel et Yannick Carrasco.

Roberto Martinez en Chine

Roberto Martinez. © BELGA

Pas de Gand-Standard ni de Genk-Club Bruges ce week-end pour Roberto Martinez. Le sélectionneur de la Belgique va assister à deux matches de Super League chinoise. Samedi, il suit le match entre le Tianjin d'Axel Witsel et Hebei, dimanche, il s'envole pour Shanghai où le Dalian de Yannick Carrasco affronte Shenhua.

Deux titulaires en Chine, est-ce inquiétant et est-ce la raison de son voyage? Roberto Martinez : "Pas à court terme. Je l'ai bien vu avec Axel. Il n'a pas besoin d'un championnat exigeant pour atteindre son meilleur niveau. Il l'a prouvé chaque fois qu'il est revenu pour jouer en équipe nationale. Il est très fort physiquement et s'il continue à travailler sa condition tous les jours, il n'aura pas de souci. D'autant que son équipe se produit maintenant en Ligue des Champions asiatique.

Je suis plus inquiet à propos de Yannick, pour l'avenir. Sa position le rend plus dépendant du championnat dans lequel il se produit. Mais à court terme, je suis moins inquiet car il avait besoin de changement. Son premier tour à l'Atlético Madrid me tracassait. Il a fort peu joué, il doutait de son avenir, de son corps. Un moment donné, il n'était plus à 100% et ne pouvait pas être performant alors même qu'il devait se battre pour sa place. Dans ces conditions, il lui était très difficile d'être au meilleur de sa forme.

Suite à son transfert, il a pu participer à une nouvelle préparation et a eu l'occasion de résoudre ses problèmes de genoux. Il a également un préparateur physique personnel et travaille beaucoup individuellement. N'oubliez pas non plus que désormais, il est seul, avec deux autres étrangers, contre le reste. Il attire l'attention. Il a un rôle important et ne peut pas se cacher. Il a disputé ses deux premiers matches au neuf mais depuis le changement d'entraîneur, il évolue à gauche. J'ai obtenu un feed-back positif mais je veux le voir de mes yeux."

Par Peter T'Kint

Nos partenaires