Marc Degryse
Opinion

19/09/17 à 15:00 - Mise à jour à 15:08
Du Sport/Footmagazine du 20/09/17

Qui va sauter après Weiler ?

Pour Marc Degryse, le chroniqueur de Sport/Foot Magazine, plusieurs coaches pourraient prochainement imiter l'exemple de René Weiler.

Qui va sauter après Weiler ?

Pour René Weiler, la situation était intenable. © belgaimage

Pourquoi Anderlecht avait besoin de power-play, comme contre Lokeren, pour gagner un match ? Pourquoi c'étaient les adversaires, plutôt que les Mauves, qui arrivaient à vraiment jouer au foot ? Pourquoi ça ne marchait pas pour Henry Onyekuru, Nicolae Stanciu et Sven Kums ? Pourquoi les supporters ont réclamé le départ de René Weiler ce week-end pendant le match à Courtrai ? Pourquoi la direction s'obstinait à chercher des ennemis à l'extérieur, au lieu de s'intéresser aux racines du mal ?

Partager

Les coaches qui ont foiré leur première ligne droite en championnat pourraient prendre cher en cas d'élimination en Coupe.

On vient à nouveau d'avoir une direction qui a viré son coach quelques dizaines d'heures après avoir répété qu'elle continuait à le soutenir ! Roger Vanden Stock et Herman Van Holsbeeck n'ont pas voulu attendre un nouveau faux pas potentiel, ce mercredi à Westerlo, pour trancher dans le lard. En face, ce ne sera que Westerlo mais le risque est bien présent, quand on voit le niveau des Mauves depuis le début du championnat.

Ce premier tour de Coupe de Belgique, pour les équipes pros, pourrait avoir une saveur particulière. D'habitude, c'est un simple tour de chauffe, avec éventuellement l'une ou l'autre surprise. Mais cette année, j'ai l'impression que ça pourrait être directement un tournant crucial pour plus d'un entraîneur. Ceux qui ont foiré leur première ligne droite en championnat pourraient le payer cher en cas d'élimination.

À Ostende, Marc Coucke a dit qu'il ferait le point sur le dossier de son coach après dix matches de championnat. Mais avec un point en sept matches, la situation d'YvesVanderhaeghe est devenue vraiment intenable. Ostende reçoit l'Union Saint-Gilloise, et le fait de jouer sur son terrain ne semble même pas être un avantage, tellement les joueurs sont mal dans leur tête, aussi bien chez eux qu'en déplacement. Ostende sort d'une saison où il y avait eu les play-offs au bout de la route, cette fois c'est déjà fort compromis. Le KVO n'a fait qu'une apparition éclair en Coupe d'Europe. Et Ostende a joué la finale de la dernière Coupe de Belgique. Donc, une élimination contre l'Union, ce serait dramatique.

Le Standard a un match très abordable sur le papier, contre Heist. Mais est-ce qu'on peut dire que le Standard va mieux, sous prétexte qu'il sort de deux matches sans perdre ? On avait vu des choses intéressantes contre Charleroi mais on ne peut pas dire que les Liégeois aient continué sur leur lancée dimanche à Eupen. Il y a toujours cette extrême difficulté à marquer un but. Paul-José Mpoku en a marqué un beau, mais à côté de ça, il a raté des occasions. Les supporters expriment de plus en plus leur ras-le-bol, la pression sur Ricardo Sa Pinto ne fait que s'intensifier. Là-bas aussi, trébucher en Coupe pourrait avoir des conséquences sur le coach.

Gand a enfin gagné en championnat mais va à Geel pour la Coupe. Là-bas également, le mot d'ordre est : la qualification à tout prix. C'est mal parti en championnat, on ne parle déjà plus de titre. La Coupe d'Europe s'est réduite à sa plus simple expression alors que ce n'était pas du tout prévu. Bref, il ne reste que la Coupe de Belgique. Il ne faut pas se laisser aveugler par la victoire sur le terrain d'Ostende. Aucune des deux équipes n'a joué comme elle est censée le faire avec les qualités qu'il y a dans le noyau. Ça a déjà été plus confortable pour Hein Vanhaezebrouck !

Patient suivant... Genk. Son déplacement au Cercle promet de ne pas être une partie de plaisir si on voit la même chose que sur le terrain de Saint-Trond le week-end dernier. Quand ça veut bien tourner, Genk reste une équipe qui pratique un des plus beaux jeux en Belgique, mais pour le moment, il y a trop peu de feu, trop peu d'agressivité, trop peu de joueurs qui montent sur le terrain avec le couteau entre les dents. Malgré tout le bien qu'on a pu dire sur lui depuis son arrivée chez nous, Albert Stuivenberg est menacé, lui aussi.

Et puis il y a Bruges et Ivan Leko. En championnat, le bilan est presque parfait mais c'est encore une équipe qui rame. Le Club ne peut pas se permettre une élimination à Roulers. Ne plus avoir que le championnat, à la mi-septembre, avec un noyau aussi important, ce serait très embêtant. Et puis les résultats ne doivent pas masquer le fait que la qualité de jeu est largement insuffisante.

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos