Marc Degryse
Opinion

03/10/16 à 12:03 - Mise à jour à 12:15

Quand nos " meilleurs sifflets " pourrissent le Super Sunday...

Pour Marc Degryse, le chroniqueur de Sport/Foot Magazine, les arbitres n'ont pas été à la hauteur ce week-end.

Quand nos " meilleurs sifflets " pourrissent le Super Sunday...

Luc Wouters s'est planté en brandissant la rouge à Paulussen au lieu de Rits. © BELGA

Alexandre Boucaut, Sébastien Delferière, Luc Wouters. En théorie, le Super Sunday devait bien se passer puisque la Fédération avait désigné trois arbitres " de haut niveau " pour Bruges - Gand, Standard - Anderlecht et Genk - Malines. Mais quelle catastrophe ! Il faut regarder plus loin que les grosses gaffes qu'ils ont commises, faire une analyse plus large : notre arbitrage est dans le trou, on ne doit évidemment pas s'étonner de ne plus avoir personne pour nous représenter au plus haut niveau international. C'est comme pour les joueurs : il y a des bonnes générations et il y a des levées qui sont beaucoup moins brillantes.

Les erreurs faites dans ces matches, qui ont toutes peut-être / probablement eu une incidence sur les résultats, rappellent de la plus belle façon qu'on va dans le mur en refusant l'assistance vidéo. Mais était-elle nécessaire dans ces matches ? Même pas sûr. Ce que ces arbitres ont décidé est incompréhensible. Hein Vanhaezebrouck va trop loin quand il dit que Boucaut doit se choisir un autre hobby, et surtout quand il commence à parler de manipulation de notre championnat. Ce n'est pas la première fois qu'il fait des insinuations de ce genre. Il n'a cité personne mais j'imagine qu'il a Bruges et Bart Verhaeghe en ligne de mire. Je comprends sa frustration, mais là, il a quand même dérapé.

En attendant, cette phase du penalty non sifflé quand Stefano Denswil pousse clairement Renato Neto, c'est impossible à comprendre. Boucaut peut invoquer l'excuse du soleil qui l'aveuglait, on voit qu'il est gêné. Mais alors, raison de plus pour écouter son assistant qui lui dit qu'il y a penalty. Je rejoins Vanhaezebrouck : à quoi bon prévoir des assistants si l'arbitre principal les ignore ?

Partager

" Les joueurs commettent de plus en plus de fautes, nos arbitres sont de moins en moins bons. On attend quoi pour introduire la vidéo ? C'est le moment de les aider. "

Sébastien Delferière aussi, il a fait très fort. Pourtant, c'est notre meilleur arbitre. Dans le clasico, il a commis deux bourdes magistrales. D'abord, il y a l'agression de Collins Fai sur Nicolae Stanciu. Pour le même prix, il lui explose le tendon d'Achille et l'envoie à l'infirmerie pour plusieurs mois. En tant qu'ancien footballeur, on tremble en voyant des images pareilles. C'était l'illustration parfaite du tacle hyper dangereux pour l'intégrité physique de l'adversaire. Et après ça, Delferière confirme qu'il est dans un mauvais jour quand il ne voit pas la poussée de Lukasz Teodorczyk sur Konstantinos Laifis. Mais ça permet au Polonais de marquer et de donner les trois points à Anderlecht.

Un corps à corps, un duel épaule contre épaule, ça peut se discuter. Mais quand un joueur utilise ses deux bras pour déséquilibrer son adversaire, comment ne pas siffler une faute ? C'est incompréhensible. La triste conclusion d'un tout petit Standard - Anderlecht, avec deux équipes trop lentes, pas assez créatives, des Mauves trop attentistes qui ont enchaîné les approximations techniques. Si je dois en retenir une image, je sélectionne la réaction d'Aleksandar Jankovic qui a eu le bon goût de ne pas commenter l'erreur fatale de Delferière. Il s'est contenté de dire que le Standard n'avait rien montré. Chapeau.

Genk - Malines a aussi été pénible. Exclure le mauvais joueur, c'est quand même un fait très rare dans le foot de haut niveau. On pourrait avoir une certaine tolérance si les deux joueurs concernés se ressemblaient très fort. Mais là, rien de tout ça. Luc Wouters a exclu Laurens Paulussen, qui a quand même un look très reconnaissable avec sa tête toute blonde. Rien à voir, physiquement, avec celui qui avait commis le penalty, Mats Rits. Comment est-ce possible ? Et Wouters, il n'a même pas l'excuse du soleil que Boucaut peut avancer. Pas sûr que cette erreur monumentale ait influencé le résultat mais c'est en tout cas un bon argument de plus pour ceux qui se battent en faveur de l'assistance vidéo. Les joueurs commettent de plus en plus de fautes, pas nécessairement visibles dans le feu de l'action. Nos arbitres sont de moins en moins bons. Alors, c'est le moment de les aider.

Nos partenaires