Quand le Standard est utilisé par ses stars

24/07/18 à 14:47 - Mise à jour à 14:58

Orlando Sá et Mehdi Carcela considèrent-ils le club liégeois comme un vrai projet ? Ou comme un simple tremplin, à l'image d'Edmilson Junior?

Quand le Standard est utilisé par ses stars

Orlando Sá © BELGAIMAGE

" Je reviens à la maison, je suis heureux " : c'est un résumé des premières déclarations d'Orlando Sá, une fois officialisé son retour au Standard. L'attaquant portugais vient de passer quelques mois en Chine, les pires de sa vie sans doute. Son petit club (Henan Jianye) ne ressemblait pas à grand-chose, il a peu joué, il n'a marqué qu'un but, la vie en dehors des terrains était une catastrophe pour lui. C'est donc Sá lui-même qui a repris contact avec le Standard dans l'espoir d'y revenir.

" A la maison, heureux. " Il faut simplement se souvenir qu'il avait fait une grosse crise de mauvaise humeur en février quand la direction liégeoise n'acceptait pas l'offre chinoise. Sá visait uniquement un gros coup financier - un salaire annuel de plus de 3 millions. Au final, c'est le Standard qui fait l'affaire du siècle : plus de 6 millions encaissés sur la vente il y a quelques mois, et il revient gratuitement. La première fois qu'il avait débarqué à Liège, c'était déjà pour rien. Entre-temps, il a marqué une trentaine de buts en une soixantaine de matches.

" J'utilise le Standard et je ne pense qu'à ma g... ", acte II. Mehdi Carcela devait faire son retour à l'entraînement en début de semaine passée, après ses vacances consécutives à sa Coupe du monde. Il a brossé. Parce qu'il veut un meilleur contrat. Le Standard a levé l'option d'achat, Carcela n'a donc plus rien à voir avec Grenade, il est entièrement liégeois. Mais il estime maintenant qu'il faut mieux le payer. Conséquence de ses matches de fou entre son retour au mercato de janvier et la fin des play-offs. Il oublie seulement que, grâce au Standard, il est redevenu un vrai joueur de foot titulaire, et c'est sa forme retrouvée avec les Rouches qui lui a permis de réaliser un rêve : aller à une Coupe du Monde avec le Maroc.

Le Standard l'a sorti du pétrin après son expérience très compliquée à Anzhi, le club vient de refaire le coup après ses échecs à Benfica, Grenade et l'Olympiacos. C'est oublié. " Il n'était pas en position de force pour discuter en janvier, parce qu'il n'avait pas beaucoup de temps de jeu en Grèce et parce qu'il était prêt à beaucoup de concessions dans l'espoir d'aller à la Coupe du monde ", nous dit un agent qui connaît le dossier. " Aujourd'hui, ça a bien changé. Il est carrément en position de force, vu son niveau en deuxième moitié de saison. Donc, il ne veut pas faire de cadeau au club qui l'a relevé. "

Il y a un mois à peine, on consacrait un reportage à Junior Edmilson, qui venait de reprendre les entraînements une semaine plus tard que prévu. Lui aussi s'était accordé quelques jours de repos supplémentaires. Un proche nous expliquait qu'il avait refusé la proposition de prolongation de contrat du Standard parce que les chiffres ne lui convenaient pas. La même personne disait que si Dubaï ou la Chine venait, il foncerait. Parce qu'il veut un tout gros salaire - et aussi du soleil si possible. On n'a donc pas été étonné qu'une offre du Qatar l'ait rendu dingue et qu'il y ait donné une suite favorable entre-temps.

Par Pierre Danvoye

Nos partenaires