Quand Gand confisque le ballon

23/09/15 à 10:00 - Mise à jour à 22/09/15 à 17:47

Source: Sportmagazine

Organisation défensive rigoureuse, minimisation du risque avec le ballon et différence offensive par les individualités : nos entraîneurs semblent frileux mais Gand fait exception.

Quand Gand confisque le ballon

Vanhaezebrouck, l'exception parmi les coaches belges. © BELGA

Organisation défensive rigoureuse, minimisation du risque avec le ballon et différence offensive par les individualités : nos entraîneurs semblent frileux mais Gand fait exception.

Résumer l'audace footballistique au pourcentage de possession de balle est évidemment réducteur. Pourtant, les idées ambitieuses se construisent souvent avec le ballon. Hein Vanhaezebrouck et ses Buffalos en sont la preuve, eux qui dominent outrageusement ces classements particuliers depuis la saison dernière et proposent l'animation offensive la plus élaborée de Pro League.

L'an dernier, Gand avait conclu la phase classique avec 58,2% de possession de balle moyenne, loin devant Anderlecht (54,3) et Lokeren (53,8). Une tendance qui s'est confirmée lors des play-offs, bouclés par les Gantois avec 54,3% de possession malgré un dernier match bâclé contre Anderlecht (39% seulement, record négatif des Buffalos sur la saison).

La tendance s'est poursuivie en ce début de saison, où La Gantoise culmine carrément à 60% de moyenne après sept journées. Anderlecht suit avec 57,9%, mais les hommes de Besnik Hasi semblent souvent assumer une possession contrainte et sans idées. Il ne suffit pas d'avoir le ballon pour être audacieux.

De l'autre côté du classement des amoureux du ballon, les coaches new generation que sont Yves Vanderhaeghe et Felice Mazzù préfèrent largement laisser la balle à l'adversaire. Le Courtrai de Yveske avait conclu la phase classique avec 49,6% de possession, et les play-offs avec 45%. Son Ostende semble suivre la même voie pour dominer le championnat avec 48,4% de moyenne. Mazzù, lui, avait terminé la saison dernière avec 45,6% de possession en phase classique et 46,1 en play-offs. Les difficultés de son Charleroi version 2015-2016 coïncident avec une... meilleure possession, qui culmine à 48,4% depuis le début de saison.

Amoureux auto-proclamé de la possession, Peter Maes semble avoir du mal à transmettre cette passion dans le Limbourg. Si son Lokeren était la troisième équipe en termes de possession l'an dernier, son Genk affiche une triste moyenne de 48%, encore inférieure à celle du Racing de McLeish l'an dernier (50,2%). Une question de temps d'adaptation ? L'an dernier, après sept journées sous Vanhaezebrouck, Gand présentait une moyenne de 56,4%...

Par Guillaume Gautier

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré aux coaches belges dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires