Proximus League : pas de vote de la nouvelle réforme du championnat

08/05/15 à 17:11 - Mise à jour à 17:11

Source: Belga

C'est finalement David qui aura une nouvelle fois terrassé Goliath. En effet, le vote de la nouvelle réforme du championnat ne sera pas effectué ce lundi à l'Union Belge. En théorie, celui-ci était prévu mais il a été retiré de l'ordre du jour suite à la plainte déposée par l'Union Saint-Gilloise", a précisé SudPresse.

Proximus League : pas de vote de la nouvelle réforme du championnat

© BELGAIMAGE

Le club bruxellois, qui vient d'être promu en D2, a décidé d'attaquer en justice devant le tribunal de première instance de Bruxelles l'Union belge de football (URBSFA), la Pro League (qui représente les clubs de D1) et la Ligue nationale (qui représente les clubs de D2) suite à ce projet de réforme, qui doit être voté durant le mois de mai, ramenant le nombre d'équipes de 18 à 8 en D2 .

"Nous ne sommes pas en guerre contre la fédération", assure néanmoins Jean-Marie Philips, administrateur délégué de la formation saint-gilloise et ancien directeur général de l'Union Belge. "Nous avons juste fait valoir nos droits afin de ne pas faire voter une réforme totalement irrationnelle".

L'Union Saint-Gilloise se dit par contre prête à discuter avec la fédération et la Pro League d'une autre formule qui pourrait mieux convenir à tout le monde. Si aucun arrangement n'est trouvé, la réforme ne pourrait pas être appliquée comme prévu pour l'horizon 2016-2017, rappelle SudPresse.

Le système de points "pourrait être revu"

Le jugement de la plainte en référé de l'Union Saint-Gilloise, qui conteste le système de réforme des championnats de D1 et de D2, n'est pas encore connu que déjà quelques réactions se font entendre.

Celle réforme prévoit un mécanisme de promotion et relégation basé sur la moyenne des résultats réalisés au terme des championnats 2013-2014, 2014-2015 et 2015-2016. Ce qui, estime l'Union Saint-Gilloise, ne laisse aucune chance aux clubs promus.

Guy Craybex, président de la Ligue nationale, admet que le système est sujet à amélioration. Les trois parties - URBSFA, Pro League et Ligue nationale - plancheront d'ailleurs encore vendredi après-midi sur cette réforme. "Nous sommes mis en cause par cette plainte, tout comme la fédération de football dans son ensemble", a réagi Craybex. "Nous devons être à l'écoute des problèmes que rencontrent les clubs de D3 suite à cette réforme, et envisager de pouvoir revoir le système de répartition des points. Nous allons nous montrer constructifs et ouverts."

En savoir plus sur:

Nos partenaires