Proto, Kawaya et Mpenza promeuvent la lecture auprès des jeunes

20/10/15 à 16:26 - Mise à jour à 16:25

Les deux Anderlechtois et l'ancien de la maison mauve prennent leur mission à coeur. Ils se sont rendus sur le terrain, dans une école molenbeekoise.

Proto, Kawaya et Mpenza promeuvent la lecture auprès des jeunes

Mbo Mpenza, Silvio Proto et Andy Kawaya devant un public conquis. © SF

Sur le coup de 11h ce mardi, pas moins de 80 élèves (âgés de 8 à 12 ans) de l'école primaire Sainte-Ursule à Molenbeek sont réunis dans une salle et attendent impatiemment les stars du Sporting d'Anderlecht. Au menu : une conférence sur la lecture et un échange avec les joueurs bruxellois. Cette initiative est calquée d'un projet socio-éducatif instauré en 2003 par la Premier League et les clubs de l'élite anglaise. "Le projet mis en place fait un carton. Nous avons déjà touché 35.000 enfants et nous voulons étendre cette action afin de sensibiliser les jeunes sur une pratique qui se perd au fil du temps. Les vedettes peuvent permettre de changer l'image de la lecture qui ne cesse de vieillir", explique Mathieu Moreuil, actif au sein de la ligue anglaise de football.

La porte s'ouvre et les écoliers se lèvent. Silvio Proto, Andy Kawaya et Mbo Mpenza pénètrent dans la pièce. Ils sont accueillis chaleureusement par des applaudissements. Certains n'hésitent pas à brandir leur smartphone afin d'immortaliser cet instant magique. Les enfants, émerveillés, ont du mal à se contenir. Il suffit que l'ancien attaquant du Sporting prenne la parole pour que le silence revienne. "Lire, c'est apprendre des choses au quotidien. C'est très important pour chacun d'entre nous de se cultiver. De plus, ça permet de s'évader de la vie de tous les jours", avance Mbo. Proto, le capitaine du club bruxellois, prend à son tour le micro. "Jeune, je n'adorais pas spécialement lire, surtout ce qui est de l'ordre du fantastique. Je préfère les biographies, qui sont basées sur des faits réels". Il évoque par ailleur une anecdote de sa vie d'étudiant qui fait rire tout le monde. "Je devais lire L'oeuvre au noir de Marguerite Yourcenar, ça m'a vraiment marqué tellement c'était compliqué! Parfois, il faut s'avoir s'accrocher car même dans la difficulté, il y a toujours des choses à apprendre", conclut le gardien. Par contre, Andy Kawaya clame haut et fort son attachement pour la lecture. Pour en témoigner, il apporte même son livre préféré de jeunesse pour le présenter aux enfants.

Il est 12h30, retour à la réalité. L'échange se termine et place à une courte séance de dédicaces qui enchantent au plus haut point les écoliers. Une marée de jeunes incontrôlables se bousculent, s'empressent de se ruer sur les invités. Les élèves, marqués par cette entrevue, rejoignent leur classe. Les Mauves, quant à eux, sont attendus dans les rangs de Besnik Hasi pour l'entraînement.

Par Sébastien Ferrante

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos