Proto: "Bruges champion ? Comme le Standard il y a un an..."

31/03/15 à 16:42 - Mise à jour à 01/04/15 à 13:22

Recordman du nombre de matches disputés en PO1, Silvio Proto connaît la musique. Pour le gardien des Mauves, Anderlecht sera champion si Praet et Defour sont à 100%.

Proto: "Bruges champion ? Comme le Standard il y a un an..."

© istock

Il y a un an, Anderlecht a commencé les PO avec cinq points de retard sur le Standard et a été champion. Aujourd'hui, vous n'êtes qu'à deux points de Bruges. Donc ça roule ?

Silvio Proto : Ce ne sont que des chiffres. Qui prouvent que dans le système des play-offs, tout reste ouvert jusqu'à la dernière journée. Mais bon, normalement, quand tu finis la phase classique avec dix points d'avance comme le Standard l'année passée, tu dois toujours être champion. On l'a été parce qu'ils n'ont pas su gagner leurs matches. Ils nous avaient battus en ouverture, leur avance était même passée à huit points, normalement c'était fini.

Dans votre tête aussi ?

Paradoxalement, non. Eiji Kawashima les avait sauvés trois ou quatre fois dans ce match, ça nous avait donné confiance. Il n'y avait plus beaucoup de monde qui y croyait à l'extérieur, un journal avait titré : Anderlecht ne sera pas champion. On l'avait affiché dans notre vestiaire. Il fallait qu'on passe le Standard, mais aussi Bruges qui était intercalé. On l'a fait. Je maintiens que le système est chouette pour le spectateur neutre, mais pour ceux qui doivent jouer les PO, je n'accroche toujours pas. Finir la phase classique en tête et n'être que troisième au bout du compte, c'est terrible. On a connu ça en 2011 avec Genk qui a été champion. Je peux me mettre dans la tête des Standardmen de la saison passée.

Cette position d'outsider, elle vous convient ?

Beaucoup va dépendre des résultats des deux premières journées. Si tu es premier et si tu gagnes tes premiers matches, tu es toujours en tête, tu y crois plus que jamais. Par contre, si tu perds ton premier match, tu n'es subitement plus leader et tu te dis que tout ce que tu as fait en phase classique, ça n'a servi à rien. Mentalement, c'est dur. Il faut savoir passer au-dessus.

Vous êtes capables de refaire ce que vous avez réussi il y a un an ?

Tout est possible. Quand tu vois la finale de la Coupe... Il n'y avait pas un écart énorme entre Anderlecht et Bruges. En plus, on avait des joueurs-clés qui revenaient de blessure et qui n'étaient pas encore à leur top. Quand ils seront à 100%, on verra si on peut faire la différence.

On dit depuis le début de la saison qu'on aura un duel Anderlecht - Bruges...

... (Il coupe). Le Standard revient fort.

Oui, mais il y a aussi Gand.

A la différence de buts, Gand est carrément devant nous, c'est juste. C'est bien. Les matches entre Gand et Bruges sont toujours difficiles pour les deux équipes, il y a des points qui vont se perdre. Qu'ils se mangent des points entre eux, seulement...

Ce serait bien que Steven Defour arrive à enchaîner dix matches sans soucis physiques, que Dennis Praet revienne à son meilleur niveau...

Oui, ça nous ferait du bien ! Parce qu'ils sont carrément indispensables. Quand Victor Vazquez n'est pas dans l'équipe de Bruges, tu ne vois pas la différence. Quand on n'a pas Defour, ça se voit. Et Praet, s'il est l'homme des play-offs, ça va faire mal.

Par Pierre Danvoye

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Silvio Proto dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires