Poco : Rouche (presque) toujours

28/06/17 à 14:00 - Mise à jour à 15:30

Source: Sportmagazine

Il a beau s'être affilié à Seraing, avoir débuté chez les pros à Genk, été sacré champion avec Alkmaar, s'être enfui à Hanovre ou n'avoir goûté que trop peu à la Premier League, Sébastien Pocognoli n'a jamais su vraiment quitter sa maison. Retour sur une trajectoire tortueuse.

C'est assurément l'un de ses derniers faits marquants sur nos pelouses. Le 12 août 2012, le Standard humilie Charleroi sur ses terres (2-6). Pour enfoncer le clou, Sébastien Pocognoli s'empare du drapeau des Ultras Inferno et le plante au coeur du rond central. L'image fait sensation. Le geste est jugé provocateur et chatouille les gardiens de l'ordre moral. Poco écope d'une amende de 650 euros mais grimpe encore un peu plus dans le coeur de la famille des Rouches qui voit pourtant, quelques mois plus tard, l'enfant de la maison fuguer une deuxième fois.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Sport/Footmagazine bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Sportfootmagazine.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires