Perbet : "Je suis toujours persuadé que le Club croit en moi"

02/03/18 à 12:00 - Mise à jour à 27/02/18 à 15:46

Le buteur retrouvé de Courtrai peut jouer ce week-end contre Bruges, son club d'appartenance,... si Courtrai verse 600.000 euros au Club ! Vous avez bien lu...

Perbet : "Je suis toujours persuadé que le Club croit en moi"

Jérémy Perbet © BELGA

Bruges exige une indemnité folle si tu joues contre eux. C'est la preuve qu'ils te craignent ! S'ils te trouvent si bon, pourquoi ils ne t'ont pas conservé ?

C'est dommage de ne pas pouvoir jouer ce match, l'avant-dernier de la phase classique, alors qu'on lutte pour aller aux Play-Offs, alors que l'équipe tourne bien. Maintenant, la direction de Courtrai pourrait toujours décider de payer les 600.000 euros pour que je sois sur le terrain, mais ça ne va pas trop dans ce sens-là... Je ne peux pas me plaindre de la situation, dans le sens où j'étais au courant de la clause quand j'ai accepté d'être prêté à Courtrai. Je dois l'accepter. Je suis toujours persuadé que le Club croit en moi. J'ai eu la malchance que Bruges soit vite éliminé de la Coupe d'Europe et que d'autres attaquants reviennent plus vite que prévu, c'est pour ça qu'on m'a conseillé de partir en prêt. Mais j'ai encore des contacts là-bas, j'y ai passé des tests à la trêve et ils étaient très satisfaits de mon niveau physique. Ils continuent à me suivre.

En octobre, tu m'as fait comprendre que ça manquait de professionnalisme à Courtrai. Vu les résultats depuis l'arrivée de Glen De Boeck, on doit en conclure que maintenant, c'est totalement pro ?

Il y a deux formes de professionnalisme. Ce qui concerne les infrastructures d'entraînement ou le terrain de notre stade, on ne peut pas y changer grand-chose. Et il y a le professionnalisme dans la façon de travailler. Là, c'est passé du noir au blanc. Déjà quand je suis arrivé, le discours d'Anastasiou ne passait plus du tout, on faisait n'importe quoi à l'entraînement, et en match on ne savait jamais si on devait défendre ou attaquer. De Boeck a tout révolutionné, très vite, en apportant notamment sa connaissance tactique du championnat. Quelques joueurs ont déménagé sur le terrain, je citerais simplement l'exemple de Teddy Chevalier, qui a quitté l'axe pour le flanc droit et ne voudrait maintenant plus retourner dans l'axe. Chevalier a aussi appris de ses erreurs, il s'est calmé, il est devenu adulte, et on voit ce que ça donne au classement des buteurs. Il aurait pu faire une autre carrière, c'est sûr. En dehors du terrain aussi, c'est un super mec. Malheureusement pour lui, il a eu dans le passé quelques coups de sang qui lui ont valu une mauvaise image.

Ton retour au premier plan, c'est d'abord à De Boeck que tu le dois ? Et on doit en déduire que Leko et Anastasiou se sont trompés sur ton compte ?

De Boeck m'a mis dans une position axiale, en pivot, et il a compris qu'il fallait m'envoyer un maximum de centres. Anastasiou ne l'avait pas compris, il nous faisait jouer à deux devant et ça ne fonctionnait pas. En étant en pointe, je monopolise aussi des défenseurs et Chevalier en profite pour marquer. Maintenant, tu n'as pas le droit de mettre Leko et Anastasiou dans le même sac ! Leko a une super approche, c'est aussi pour ça que Bruges est en tête. Il était désolé que je doive partir.

Jouer les Play-Offs 1 avec Courtrai, ce serait sûrement un grand moment de ta carrière. Mais tu te dis que si tu avais toujours été à Charleroi, tu jouerais carrément le titre, et ça, ça fait mal ?

Tout le monde sait que si j'avais pu rester à Charleroi, j'y serais resté. Mais c'était impossible parce que le club n'avait pas les moyens de me reprendre, quand je suis rentré de Turquie puis quand j'ai quitté Gand. C'était un obstacle purement financier. On verra dans les prochaines semaines les objectifs que Courtrai pourra avoir. Si on se qualifie pour les Play-Offs, on ne sera peut-être pas si loin de Charleroi au moment où ils commenceront. Tout peut aller très vite.

Tu avais une relation compliquée avec Vanhaezebrouck à Gand. Le fait qu'il ait aujourd'hui du mal à gérer le vestiaire d'Anderlecht, ça te surprend ?

Ça ne me surprend pas du tout. Il refait à Anderlecht ce qu'il faisait sur la fin à Gand, il critique tout et tout le monde. Tu ne peux quand même pas arriver dans un club comme Anderlecht et attaquer directement et publiquement tes joueurs, tes supporters,... Dans un club pareil, tu dois avoir un peu de retenue. Vanhaezebrouck reste un grand entraîneur avec des connaissances tactiques au-dessus de la moyenne mais quand ça ne va pas, il cherche toujours des excuses. Tout remettre sur le dos du mercato, c'est un peu fort, non ? Je préférerais qu'il parle un peu plus de foot. Je pensais qu'il allait tirer les bonnes leçons de sa fin compliquée à Gand mais il n'a rien retenu.

Pierre Danvoye

Nos partenaires