Pas de fraude technologique sur le Tour de France: tous les contrôles négatifs

30/07/18 à 17:29 - Mise à jour à 17:30

Source: Belga

(Belga) Toues les contrôles effectués afin de lutter contre la fraude technologique durant le Tour de France se sont révélés négatifs, indique lundi l'UCI. L'Union cycliste internationale explique dans un communiqué qu'elle a procédé à des contrôles intensifs durant les trois semaines de compétition, en recourant à différentes technologies (magnétométrie, rayons X et imagerie thermique), avant, durant ou après la course.

Dans le détail, 2.852 contrôles ont été réalisés au départ de chaque étape en utilisant la technologie de la magnétométrie, une méthode introduite par l'UCI pour la première fois sur le Tour de France en 2016 et 164 contrôles ont été menés sur les vélos à l'arrivée des étapes à l'aide de la technologie des rayons X. Cette méthode, introduite cette saison notamment sur les trois grands tours, les cinq monuments et les Mondiaux sur route qui se dérouleront au mois de septembre à Innsbruck-Tyrol (Autriche), a pour vocation de valider la performance des coureurs. Cinq à dix vélos par étape ont été contrôlés, dont ceux du vainqueur du jour et du porteur du maillot jaune. En complément, des contrôles ont été effectués durant la course avec des caméras thermiques, précise l'UCI. Par ailleurs, l'UCI rappelle qu'elle conduit une étude en collaboration avec la direction de la recherche technologique du Commissariat à l'Energie atomique et aux Energies renouvelables, CEA Tech. L'objectif est de développer un tracker déployable sur tous les vélos du peloton et capable de détecter des moteurs à tout instant de la course. Cette première phase de test menée sur le Tour de France avec la collaboration de plusieurs équipes, a consisté à recueillir des signaux magnétiques. "L'objectif est d'éliminer la suspicion, et de démontrer au public et à tous les acteurs du cyclisme, y compris les investisseurs, que notre sport est crédible. Nous continuerons à travailler dans ce sens, afin de garantir la réputation du cyclisme", déclare David Lappartient, le président de l'UCI. (Belga)

Nos partenaires