Marc Degryse
Opinion

24/08/15 à 18:21 - Mise à jour à 18:22

On n'épargne rien à Slavo Muslin

Pour Marc Degryse, le chroniqueur de Sport/Foot Magazine, le coach du Standard a des circonstances atténuantes.

On n'épargne rien à Slavo Muslin

L'ombre de Gerets est pesante pour Muslin. © BELGA

On a beau dire que Molde est une équipe toute simple, un petit poucet norvégien, mais le Standard devra lui mettre au moins trois buts pour aller en phase de groupes de l'Europa League, et là, bonjour ! On ne va pas s'intéresser aux statistiques, elles n'ont de toute façon rien d'encourageant : seulement 25% des équipes battues 2-0 à l'aller finissent par se qualifier ! Et c'est encore plus mal parti quand il y a cette combinaison : des défenseurs qui font des floches et des joueurs offensifs qui ne se trouvent pas...

Le Standard de Slavo Muslin est très mal embarqué en Coupe d'Europe, il rame en championnat et il y a beaucoup de critiques sur son jeu. Assez pour tirer aveuglément sur le coach ? Je ne suis pas d'accord. On rappelle trop peu les départs de joueurs décisifs. On ne parle pas assez de tous les absents : par exemple, être privé de Jorge Teixeira et Alexander Scholz en défense centrale, c'est beaucoup. Et quand on doit mettre un joueur comme Darwin Andrade au back droit, ça sent la solution de secours à plein nez. On peut aussi parler du cas Ivan Santini. D'accord, il est assez isolé en pointe mais il ne montre quand même pas grand-chose de valable. Et sur Mohamed Yattara qui jouait à sa place contre Ostende, j'ai quand même de sérieux doutes.

Dans ce Standard, il y a Anthony Knockaert qui me plaît. Et aussi Adrien Trebel. Ailleurs dans l'équipe, ça continue à se chercher. Et je constate que les joueurs n'arrivent pas à tout donner pendant une heure et demie. C'était très bien au début contre Ostende, puis ils ont levé le pied.

Partager

La direction du Standard doit se positionner publiquement sur le cas Gerets. A-t-elle des intentions précises avec lui ? Ou pas ?

Est-ce qu'il faut hurler avec les loups qui réclament un changement de système de jeu, l'abandon du 4-3-3 pour un passage en 4-4-2 ? Je serais plus mesuré. Le public veut deux hommes devant. Mais le même public s'enflamme directement quand l'équipe met une grosse pression sur l'adversaire, comme en début de match dimanche. Dans ces moments-là, on se moque complètement de l'occupation, on revoit un Standard à la sauce Standard, avec un engagement énorme, et c'est ça que les gens veulent. Bref, accuser Muslin sous prétexte qu'il s'obstine à pratiquer le 4-3-3, c'est pour moi un mauvais procès. Il fait avec les moyens qu'on a mis à sa disposition.

Et surtout, ce coach vit un début de règne compliqué parce que pollué par des vents dominants qui ne sont pas plaisants ! On peut interroger n'importe quel supporter du Standard, il va dire un truc du style : "Si Eric Gerets revient, les résultats reviendront." Alors, la présence de Gerets en tribune d'honneur à presque tous les matches, à la rangée juste devant le président, le directeur et le conseiller sportif, c'est malsain et je suis sûr que c'est dur à vivre pour Muslin, même s'il dit le contraire. Il suffit d'un moins bon résultat pour que tout le stade reparle de Gerets. Le Serbe doit se battre contre ça, en plus de devoir affronter tout le reste. On lui met une pression supplémentaire, la pression d'un monument, et il n'en a sûrement pas besoin. La direction doit faire des choix, se positionner publiquement sur le cas Gerets. A-t-elle des intentions précises avec lui ? Ou pas ?

Nos partenaires