" On dit que Charleroi et Ostende font une excellente saison. Et nous alors ?"

08/03/17 à 10:30 - Mise à jour à 07/03/17 à 15:22

Source: Sportmagazine

Appelé à notre rédaction pour préfacer la finale de Zulte contre Ostende, Mbaye Leye, comme d'habitude, n'a pas fait dans la langue de bois. Extrait.

" On dit que Charleroi et Ostende font une excellente saison. Et nous alors ?"

Mbaye Leye à la rédaction de Sport/Foot Magazine. © BELGAIMAGE BRUNO FAHY

Mbaye Leye a fait le déplacement jusqu'à nos bureaux à Evere pour deux heures d'entretien. Dans la bonne humeur. Forcément. Même quand la discussion s'ouvre sur son tout récent coup de gueule lors de l'interview télé qui a suivi la débâcle à Bruges. Ce soir-là, on a vu et entendu un Mbaye Leye tendu comme une crampe, à la limite désagréable. Explications.

MBAYE LEYE : Tu sors d'un match où tu as pris cinq zéro, t'as pas touché un ballon. On n'a pas été ridicules mais Bruges était beaucoup plus fort, voilà. Ils ont survolé, ils nous ont bouffés. On n'était pas en mesure de résister. Le journaliste me demande : -Qu'est-ce qui s'est passé ? Ben, tout le monde l'a vu. Il insiste. Je ne peux pas commencer à accuser des coéquipiers. Là, j'ai envie de dire stop. Et puis il me fait remarquer qu'on perd presque toujours contre les grosses équipes et qu'on va les affronter en play-offs. Je suis bien obligé de répondre qu'on perd souvent ces matches-là en déplacement mais qu'on gagne presque tout chez nous. Et puis, c'est une remarque qui n'a pas encore de sens. Parce que la phase classique, c'est la phase classique. Et les play-offs, c'est les play-offs. Ça n'a rien à voir. Les gens croient peut-être qu'on ne va pas faire grand-chose en PO parce qu'on n'y a rien fait de valable la saison dernière ? Mais là aussi, ça n'a rien à voir.

Donc, j'étais un peu agacé. Et puis ça m'énerve que les gens oublient qu'on est Zulte Waregem. Tout le monde s'enthousiasme sur la saison de Charleroi et Ostende. On dit qu'ils sont excellents. Mais nous aussi, on fait un excellent championnat ! Regarde combien de points on a. Et on va jouer la finale de la Coupe. Dans quelques mois, on sera peut-être en poules de l'Europa League. On est... sur la route pour faire une toute bonne saison. Sur la route... parce que maintenant, le plus important, c'est la finale.

Tu ne crains pas un relâchement complet en PO si vous gagnez la Coupe ? Vous serez déjà sûrs de jouer les poules de l'Europa League. On a vu ça l'année dernière avec les joueurs du Standard.

LEYE : Aucune crainte. Déjà, nous, c'est les PO1 qu'on va jouer, pas les 2. En PO1, tu as la fierté, l'orgueil, l'envie de ne pas être ridicule. Tout le monde s'attend peut-être à ce que Zulte Waregem fasse de la figuration. Je peux te dire que Francky Dury est encore plus impatient que nous pour mettre les choses au point. Qu'on gagne ou qu'on perde cette finale, on sera motivés à 200 % et on aura plein d'envie de se faire plaisir dans les play-offs. Et puis, n'oublie pas l'aspect financier. Tu gagnes un seul match sur dix, comme l'année passée... tu touches quoi comme primes ? Et en plus, tu as été ridicule. Non, je te jure, on n'est plus preneurs.

Le titre, c'est possible pour vous ?

LEYE : En étant réaliste... je dois dire que ce n'est presque pas possible. On a failli y arriver il y a quatre ans mais la grande différence, c'est que Zulte Waregem était une surprise. Même quand ces play-offs avaient commencé, malgré notre bonne position, personne n'y croyait. Pas plus dans le club qu'à l'extérieur. J'avais été le tout premier à parler du titre, en pleins play-offs. Cette saison, depuis la toute première journée, Zulte Waregem n'a plus rien d'une surprise, alors tout le monde nous attend et s'adapte à nous. On a récemment pris quatre buts à Anderlecht, mais tu as vu comme ils sont restés en place ? Ils n'ont jamais voulu prendre la possession, ils ont joué à fond la reconversion. Tu as vu comment Bruges a bloqué notre approvisionnement offensif ? Ça complique méchamment notre situation.

"J'ai la chance d'avoir toujours eu des passeurs de très haut niveau à Waregem. C'est une explication de ma réussite dans ce club".

"J'ai la chance d'avoir toujours eu des passeurs de très haut niveau à Waregem. C'est une explication de ma réussite dans ce club". © BELGAIMAGE BRUNO FAHY

Tu surveilles régulièrement tes statistiques ?

LEYE : J'y fais attention depuis qu'on m'a dit que j'approchais les 100 buts. Entre-temps, j'y suis. Plus de 100 en championnat, plus de 10 en Coupe de Belgique. Pour un attaquant qui n'a pas joué que dans des clubs comme le Standard et qui n'a pas toujours joué devant, c'est pas mal hein... Finalement, il n'y a qu'à Zulte Waregem que j'ai joué dans la durée à ma place. Mais il y a toujours des gens qui déduisent que je n'ai réussi ni à Gand, ni au Standard. Pour moi, un joueur qui ne réussit pas, c'est celui qui ne joue que cinq ou dix matches sur la saison. Moi, j'avais pas loin de 70 % de temps de jeu là-bas.

Tu envies un Jelle Vossen ou un Lukasz Teodorczyk qui jouent en pointe dans des grands clubs et qui chassent des trophées ?

LEYE : Envier, ce n'est pas le bon mot. Disons que je trouve ça fantastique. Ça doit être très excitant. A Anderlecht, Teodorczyk sait qu'il peut être servi à tout moment par Sofiane Hanni, Nicolae Stanciu, Alexandru Chipciu, Youri Tielemans, ... Pour un attaquant, c'est magnifique. Quand j'étais au Standard, Tchité et Cyriac avaient Axel Witsel, Steven Defour, Mehdi Carcela, ...

Toi, tu as Onur Kaya !

LEYE : Oui, j'ai la chance d'avoir toujours eu des passeurs de très haut niveau à Waregem. C'est une explication de ma réussite dans ce club. J'ai eu Franck Berrier, Thorgan Hazard, maintenant Onur Kaya. Tous ces gars-là, sur une phase arrêtée ou une action de plein jeu, ils te mettent le ballon où ils l'ont décidé, les yeux fermés.

Par Pierre Danvoye & Christian Vandenabeele

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Mbaye Leye dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires