Mondial 2018 - "Arrière latéral est une position très difficile" (Yannick Carrasco)

20/06/18 à 22:15 - Mise à jour à 22:17

Source: Belga

(Belga) La performance des arrières latéraux dans le système de jeu en 3-4-2-1 de Roberto Martinez est suivie de près lors de cette Coupe du Monde. Yannick Carrasco (à gauche) et Thomas Meunier (à droite) doivent s'occuper de l'ensemble du flanc, c'est pourquoi on craint que trop d'espace dans leur dos ne soit offert aux équipes majeures.

"Vous devez attaquer et défendre pendant quatre-vingt-dix minutes sans vous arrêter. Vous devez faire les deux. Les ailiers et les joueurs de flanc peuvent se déplacer pendant un certain temps, mais ce n'est pas possible pour les arrières latéraux. C'est donc une position très difficile", a admis Yannick Carrasco lors d'un moment de presse informel au Moscow Country Club, la résidence des Diables Rouges, mercredi. Carrasco s'inquiète moins de l'espace sur les flancs. "Je vais donner un exemple de ce qui se passait à l'Atletico (Madrid) sous Diego Simeone. Là-bas, l'entraîneur disait que le but était notre maison, nous devions la protéger. Tout ce qui passait par les côtés était beaucoup moins dangereux. Lorsque le ballon passe par le centre du jeu, un boulevard vers le but s'ouvre. Avec un ballon à l'aile, un centre doit suivre, l'attaquant doit ensuite marquer : il y a donc beaucoup de facteurs. Si une balle passe entre les lignes par le centre, elle est beaucoup plus dangereuse. Donc, tout d'abord, nous devons protéger la maison. C'est aussi ce que Martinez demande : gardez le centre fermé, tous les entraîneurs le souhaitent." A l'Atletico et maintenant aussi en Chine, Carrasco a un rôle beaucoup plus offensif. "J'essaie d'effectuer les missions que le coach me donne : ce n'est pas ma position habituelle, donc je veux suivre les instructions. Je me concentre sur ma tâche défensive en particulier, parce que c'est l'aspect que je ne contrôle pas aussi bien. Je pense donc d'abord et avant tout à l'équipe. Cependant, ce n'est pas ma position préférée. Si je pouvais choisir, ce serait attaquer, attaquer et attaquer. Cependant, chaque joueur veut être titulaire, alors je joue là où l'équipe a besoin de moi. Je veux aider l'équipe autant que possible." Cependant, les fans attendent surtout des actions offensives de Carrasco et restent donc sur leur faim avec son rôle actuel chez les Diables. "Je suis fort sur la ligne, mais je pars loin du but. Donc, j'ai toujours des coéquipiers devant moi et il est plus logique de jouer sur eux. Souvent, les gens ne savent pas ce qui a été convenu à l'avance. Il y a deux ans, à l'Euro, Wilmots m'a dit que le joueur de flanc gauche ne devait jamais me dépasser. Alors je l'ai fait. Après, tout le monde se demandait pourquoi je n'ai pas joué comme je l'ai fait lors de la finale de la Ligue des champions, et c'est parce que la mission est différente. Tous les attaquants aiment avoir le ballon dans les pieds. A l'Atlético aussi, j'avais des tâches défensives, mais surtout un rôle offensif. Dans cette équipe, cependant, les joueurs offensifs sont Romelu, Eden et Kevin. Ensuite, Thomas Meunier et moi, nous pouvons aider à partir de la deuxième ligne. Après une attaque, nous devons aussi revenir rapidement : nous sommes constamment dans le rouge." Après le repos face au Panama, à la demande de Roberto Martinez, Carrasco a pu se permettre d'attaquer davantage. "L'entraîneur a estimé que c'était la façon de gagner le match. Nous avons beaucoup de joueurs avec beaucoup d'expérience qui peuvent facilement permuter. Je pourrais moi-même jouer un peu plus haut pour chercher l'arrière droit. Mais nous avons vu qu'il n'y a pas de matchs faciles : beaucoup des pays les plus importants perdent des points. Nous aussi, nous n'avons pas eu la vie facile en première mi-temps. Chaque premier match est toujours difficile, surtout contre un débutant. Il y a toujours de le nervosité. . (Belga)

Nos partenaires