Michel Lecomte : " Eleven n'empiétera pas sur notre jardin "

03/09/15 à 00:00 - Mise à jour à 10:44

Source: Sportmagazine

Le patron des sports de la RTBF envisage des rapprochements avec Eleven.

Michel Lecomte : " Eleven n'empiétera pas sur notre jardin "

Michel Lecomte, le patron des sports à la RTBF. © PG/RTBF

Vous étiez à la soirée de gala du lancement d'Eleven Sports et Danny Menken, le Group Managing Director, a déclaré qu'il envisageait des collaborations avec la RTBF et la VRT...

Nous travaillons déjà avec Be tv et je me réjouis de ce partenariat car il est empreint d'une grande correction et de limpidité. Vu l'arrivée d'Eleven, je me dois de prêter une oreille attentive à ce nouvel acteur qui a démontré un grand appétit et qui a déployé des moyens conséquents pour son lancement. Ce sont des relations qui peuvent se révéler " win-win. "

Eleven peut-il représenter un concurrent pour la RTBF ?

Notre barrière de protection, c'est la liste des événements d'importance majeure décrétée par la Fédération Wallonie-Bruxelles (NDLR événement qui doit être visible sur des chaînes d'accès libre). Nous savons qu'on ne viendra pas empiéter sur notre jardin, qui reste large par rapport aux services publics des autres pays européens. Et nous pouvons l'enrichir sur base des collaborations déjà évoquées. Notre préoccupation actuelle, ce sont les Diables Rouges. Des matches amicaux vont être disputés dans les prochains mois et une nouvelle compétition va bientôt voir le jour : la Ligue des nations, qui remplacera les rencontres amicales. Ce sont des terrains sur lesquels la RTBF doit se positionner. En 2014, nous avons quand même offert 1.400 heures de diffusion, sans compter les rediffusions.

Eleven a-t-il tenté de débaucher vos journalistes ?

Non. Nos journalistes ont compris que la vérité d'un jour n'est pas celle du lendemain. Vu l'exposition que nous leur offrons et la qualité de nos événements, ils savent que leur intérêt est de rester chez nous Dans moins d'un an, nous diffuserons l'EURO et les Jeux Olympiques, deux événements fédérateurs. En matière de valorisation journalistique, nous n'avons pas de concurrence. Ou alors il faudrait venir avec une proposition financière intéressante. Mais, vu le contexte actuel, qui serait susceptible de le faire ? De plus, nous déployons des moyens de production autour des droits que nous achetons. En F1, l'émission Warm-Up enrichit la retransmission des Grands Prix et Gaëtan Vigneron, dont l'expertise est reconnue par le milieu, est toujours sur place. C'est autre chose que de commenter en cabine...

Le contrat de la F1 vient à échéance cette année. Appartient-elle à la liste des événements majeurs protégés ?

Le Grand Prix de Belgique oui, mais pas le championnat. Eleven n'est pas à sous-estimer : en Pologne, c'est cette chaîne qui a obtenu les droits.

Par Simon Barzyczak

En savoir plus sur:

Nos partenaires