Makélélé : "Je veux partager mon expérience"

06/12/17 à 10:00 - Mise à jour à 05/12/17 à 15:51

Source: Sportmagazine

Claude Makélélé s'exprime pour la première fois, en long et en large, sur son arrivée à la tête des Pandas.

Makélélé : "Je veux partager mon expérience"

Claude Makélélé a du pain sur la planche à Eupen. © BELGAIMAGE

Claude Makélélé à propos...

...de son arrivée à Eupen : "J'ai rencontré les dirigeants d'Eupen lors d'un forum Aspire à Londres. Ils m'ont parlé de leur projet et je leur ai dit dans un premier temps qu'il fallait que je réfléchisse. Et puis, je me suis dit : pourquoi pas ? Le projet est intéressant car je me retrouve avec des jeunes joueurs issus de nations différentes, qui ont connu un autre football, qui doivent faire face à la pression, aux résultats. Ces joueurs, il faut les encadrer, leur apprendre ce que c'est le haut niveau. Et ce que j'aime par-dessus tout, c'est de partager mon expérience auprès des jeunes joueurs. C'était déjà le cas à Paris avec Ancelotti où j'étais une sorte de relais entre les jeunes talents et les joueurs confirmés. C'est une réelle fierté pour moi de voir où des Rabiot, Verratti ou Sakho sont arrivés aujourd'hui. Le plus important c'est aimer transmettre, c'est ce qui me fait vibrer."

...de sa reconversion : "Si j'ai pensé à me la couler douce et profiter de la vie ? J'aurais pu, c'est vrai. Mais je ne pourrais pas mourir avec mon savoir, il faut transmettre ce qu'on a appris. On a été baigné 30 ans par ce métier : comment pourrais-je m'arrêter du jour au lendemain ? C'est ce que je dis aux joueurs : quand on a l'opportunité, il faut continuer à jouer, dépasser cet amour du ballon pour en faire véritablement son métier."

...du championnat belge : " Ici, il y a beaucoup d'impact et de puissance. Et d'ailleurs, c'est ce qui manque à notre équipe. L'impact n'a rien à voir avec la taille, je n'étais pas grand mais je savais mettre de l'impact. C'est une question de timing, tu dois être solide sur tes jambes. C'est une question de mental aussi. Le foot, ça reste une grande part de réflexion. Prenez Iniesta : sa grande force c'est de prendre l'information, de jouer entre les lignes. Est-ce que je dois garder la balle ou je dois la lâcher ? Et dans une équipe, chacun doit connaître son rôle. On dépassait notre rôle seulement quand la maîtrise était totale. Moi, je connaissais mes qualités, je savais que j'étais aussi fort que d'autres même si les médias ne m'ont jamais mis en haut.

...d'un partenariat PSG-Eupen et d'Aspire : "C'est un projet qui est en cours. Un projet d'avenir, un avenir proche. Ce sont les dirigeants respectifs qui s'en occupent pour le moment. Je m'y intéresserai en temps voulu. Mon objectif aujourd'hui (il tape du poing sur la table), c'est le maintien. Aspire ? Le projet est intéressant car on développe au niveau mondial une façon de concevoir le foot d'un point de vue niveau technique, tactique et mental. Ça permet aussi d'échanger entre différentes cultures."

...de José Mourinho : "Il m'a marqué pour la passion qu'il dégageait. Sur le terrain, il transmettait à ses joueurs une telle confiance et du caractère. Cette équipe, c'était une machine. Personne ne voulait jouer contre nous. Même pas le Barça de Ronaldinho, Eto'o, Messi, Xavi."

Par Thomas Bricmont

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Claude Makélélé dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires