Les Zèbres à la chasse aux Belges

28/06/18 à 12:00 - Mise à jour à 26/06/18 à 14:43

Après avoir ouvert leur marché estival en Iran, les Carolos pourraient être contraints de transférer local pour rester dans les clous.

Les Zèbres à la chasse aux Belges

Felice Mazzù lors de la reprise des entraînements. © BELGA

Comme il en a pris l'habitude, Mehdi Bayat n'a pas traîné pour acter ses premiers transferts de l'été. Avant même d'accompagner la délégation belge en Russie, l'administrateur-délégué du Sporting a bouclé les arrivées de deux Iraniens, Ali Gholizadeh et Omid Noorafkan.

Heureux d'activer une filière perse qui conserve des tarifs abordables, l'homme fort du club zébré va désormais devoir bouger ses pions sur le marché national. Malgré les naturalisations récentes de Javier Martos et de Parfait Mandanda, le noyau reste assez avare en matière première belge, et coucher six noms estampillés " noir-jaune-rouge " sur la feuille de match pourrait s'avérer complexe si quelques blessures frappaient le groupe de Felice Mazzù au mauvais endroit.

En quête de ressources nationales, le coach des Zèbres a notamment glissé à sa direction le nom de Steve De Ridder, un profil qu'il apprécie depuis longtemps. Une suggestion qui s'est heurtée au prix demandé par Lokeren, trop élevé aux yeux des dirigeants. D'autant plus que le joueur, qui fêtera ses 32 ans la saison prochaine, ne pourra jamais être revendu pour une meilleure somme que son prix d'achat potentiel. Une autre piste belge mène à Noë Dussenne, défenseur central dont le nom a également été soufflé par le staff. Mais là aussi, la question financière rend le dossier extrêmement délicat.

La direction envisage plutôt d'autres pistes pour renforcer son contingent national. Les doublures de Stergos Marinos et de Nurio (en cas de départ de Francis N'Ganga, ) devraient être belges. Et bon marché, car la somme récoltée pour le transfert de Clinton Mata a finalement été bien plus faible qu'espéré. Parmi les autres solutions potentielles, les Carolos pourraient se tourner vers leur centre de formation, mais la génération qui frappe à la porte de l'équipe première est loin de receler les talents nécessaires pour s'installer dans un noyau du top 6 national. Reste alors l'hypothèse de renouveler l'expérience menée avec Martos et Mandanda, en naturalisant des joueurs qui pourraient accroître artificiellement la colonie belge du Mambour.

Par Guillaume Gautier

Nos partenaires