Le Standard invente le " T1 bis "

27/06/18 à 14:00 - Mise à jour à 26/06/18 à 14:23

Emilio Ferrera est officiellement co-entraîneur principal des Rouches.

Le Standard invente le " T1 bis "

Emilio Ferrera et Michel Preud'homme : un T1 bi(s)céphale. © BELGAIMAGE

L'expression " Un mal pour un bien ", Jan Van Steenberghe peut en parler. En cours de saison passée, le Club Bruges l'a écarté de son job d'entraîneur des gardiens. On lui reprochait les errements des portiers, sans tenir compte de ses états de service et de ses compétences. Depuis sa mise à l'écart, Van Steenberghe ne s'est jamais exprimé dans la presse et c'était compréhensible : il était stipulé dans son " contrat de rupture " qu'il ne pouvait rien dire avant le début de ce mois de juillet. Aujourd'hui, il a un nouveau port d'attache, au Standard. Michel Preud'homme, qui l'a connu à Bruges, sait, lui, qu'il a des qualités pour préparer des gardiens de but.

L'arrivée de Jan Van Steenberghe n'est pas la seule grosse information de la semaine dernière à l'Académie. On a ainsi appris, officiellement, qu'Emilio Ferrera serait le T1 bis. Le Standard aura donc deux entraîneurs principaux. Cela s'explique évidemment par les multiples fonctions de Michel Preud'homme, qui sera aussi directeur sportif et vice-président, siégeant au conseil d'administration. Confronté à la question qui tue lors de la présentation officielle (" Comment le vice-président Preud'homme va-t-il gérer l'entraîneur Preud'homme ? "), il a ironisé : " Je me convoquerai moi-même en cas de problème (...) Je suis réaliste, et quand ça ne va pas, je le dis. "

Il semble maintenant clair que MPH n'entraînera jamais les Diables Rouges puisqu'il a dit que cette mission au Standard, où il a signé un contrat de quatre ans, serait probablement la dernière de sa carrière. Depuis un bon moment déjà, il avait envie de s'investir dans un club avec des prérogatives plus larges que celle d'un entraîneur. Il s'était déjà interrogé sur la possibilité de racheter un petit club, avec Emilio Ferrera, pour le restructurer.

À Sclessin, en tout cas, tout le monde semble rassuré par rapport à d'éventuels conflits d'intérêts et de personnes. Ainsi, on affirme que le nouveau rôle confié à Olivier Renard, responsable du recrutement, lui plaît. Il cède son costard de directeur sportif à Preud'homme et il ne verrait aucun problème à ce pas de côté. La direction a en tout cas retenu la leçon de la cohabitation difficile entre Olivier Renard et Daniel Van Buyten. Chacun a désormais des responsabilités parfaitement délimitées.

La reprise a été marquée, aussi, par l'absence de Junior Edmilson. Au moment où les entraînements reprenaient, il postait une photo de lui à l'aéroport de Zaventem, en partance pour quelques jours de vacances en Bulgarie. Il avait demandé une semaine de congé supplémentaire, se justifiant par le fait qu'il était resté en activité plus longtemps que ses coéquipiers dans la perspective d'une éventuelle présence dans le noyau de Roberto Martinez. La direction lui a refusé cette faveur mais il a quand même brossé la reprise. Il a encore un an de contrat et des envies d'ailleurs. Preud'homme est clair : il veut le conserver et le prolonger.

Par Pierre Danvoye

Nos partenaires