Le projet SIGGS veut aider les fédérations sportives à améliorer leur gouvernance

07/06/16 à 14:26 - Mise à jour à 14:26

Source: Belga

(Belga) Les récents scandales qui ont secoué les Fédérations internationales de football (FIFA) et d'athlétisme (IAAF), à travers leurs plus hauts dirigeants, ont mis en lumière les problèmes de gouvernance dans le sport, en particulier de haut niveau. Les Comités Olympiques Européens (EOC) n'ont pas attendu qu'ils éclatent pour se pencher sur cette question. Ils ont lancé le projet SIGGS (Support the implementation of GOOD GOVERNANCE in Sport/Soutenir la mise en oeuvre de la BONNE GOUVERNANCE dans le sport), associés à plusieurs partenaires, dont l'Université Catholique de Louvain en Belgique. Mardi à Bruxelles, SIGGS, qui s'adresse aux 50 pays membres des EOC, organisait son 4e atelier (workshop) destiné aux fédérations sportives belges.

Cheville ouvrière du projet, le professeur Thierry Zintz, qui est aussi membre du Comité Olympique et Interfédéral Belge (COIB), a résumé l'ambition de la démarche, financée par l'Union européenne. "Nous fournissons aux fédérations des outils qui leur permettent de réaliser une auto-évaluation de leur bonne gouvernance. Sur cette base, un rapport détaillé met en lumière les points forts et faibles. Ensuite, nous leur donnons les outils qui leur permettront de s'améliorer", a expliqué Thierry Zintz à l'issue de cette réunion qui a rassemblé une bonne septantaine de membres de fédérations dans notre pays. "Nous ne voulons pas seulement évaluer mais aussi permettre d'évoluer. C'est un processus appelé à être continu afin d'avoir une meilleure gouvernance, la bonne gouvernance absolue étant un idéal qui ne sera jamais atteint." (Belga)

Nos partenaires