Le paradoxe Perbet

12/02/16 à 09:30 - Mise à jour à 09/02/16 à 15:15

Source: Sportmagazine

Le meilleur buteur du championnat est l'un des moins bons Zèbres des dernières semaines.

Le paradoxe Perbet

Jérémy Perbet, un meilleur buteur en demi-teinte. © BELGA

Un coup franc de Sotiris Ninis (involontairement ?) dévié au fond des filets face à Malines lui a permis de prendre la tête du classement des buteurs. Et pourtant, depuis le début de l'année 2016, on parle surtout de Jérémy Perbet quand on doit distribuer les mauvais points. Entre un penalty raté face à Saint-Trond, un improbable loupé contre Anderlecht et des prestations sans saveur, le statut du buteur français serait-il en danger ?

Les messages envoyés par Felice Mazzù depuis le banc de touche semblent clairs. Là où Perbut passait souvent les nonante minutes sur la pelouse grâce à sa faculté à trouver le chemin des filets à tout moment, il doit désormais regagner le banc de touche de plus en plus tôt.

Remplacé à un quart d'heure du terme face à Saint-Trond, puis à la 67e contre Malines, il aurait sans doute connu le même sort au stade arc-en-ciel si le genou de David Pollet n'avait pas fait des siennes.

Car le numéro 10 des Zèbres, descendu en flèche avant la trêve, est sans doute le meilleur carolo de ce début de second tour. Il ne lui manquait qu'un but, planté à Kenny Steppe samedi soir sur un centre de Clément Tainmont. Voilà qui ne fait pas les affaires de Perbet.

Au-delà de son étonnante maladresse, le meilleur buteur du championnat commence à irriter à tous les étages par cet égoïsme instinctif dont il a du mal à se départir. Face à Malines, il avait ainsi préféré tenter un tir à la retourne improbable en début de rencontre, alors qu'Enes Saglik attendait une passe en retrait pour ajuster Jean-François Gillet.

On pardonne tout à un buteur qui marque chaque semaine, mais on commence à chercher le diable dans les détails quand il a perdu le chemin des filets. Heureusement pour Perbet, son entraîneur n'est pas du genre à tout chambouler à la moindre prestation en demi-teinte.

Mazzù est conscient que sa gestion mentale du onze de base est l'une des clés sur la route des play-offs 1. Conscient, aussi, que titulariser Cristian Benavente (principal candidat à une entrée dans le onze) impliquerait un changement de système, alors que le 4-4-2 actuel est parfaitement maîtrisé par les Zèbres.

Malgré tout, Perbet garde donc du crédit. Parce qu'il est Perbet, justement. Un joueur qui peut être en méforme tout en arborant le Taureau d'or...

Par Guillaume Gautier

Nos partenaires