Le nouvel Anderlecht est encore en chantier

04/07/18 à 14:00 - Mise à jour à 03/07/18 à 14:18

Hein Vanhaezebrouck attend des renforts et le retour de quelques piliers. Il faut aussi que le groupe assimile ses principes.

Le nouvel Anderlecht est encore en chantier

Hein Vanhaezebrouck : "Notre style de jeu est complexe." © belgaimage

L'Anderlecht nouveau commence à prendre forme, après deux dures semaines d'entraînement. Pas encore dans la distribution des postes car quelques piliers n'ont pas encore retrouvé la forme et on attend des transferts, mais la main de Hein Vanhaezebrouck est visible.

Le match contre le PAOK (2-2), qui s'est déroulé à huis-clos à Tienray, dans le Limbourg néerlandais, a montré dans quelle direction HVH allait : démarquer Sven Kums et/ou Adrien Trebel, écarter le jeu vers les flancs et, de là, se diriger vers le rectangle adverse.

Le plan de Vanhaezebrouck a relativement bien fonctionné en première mi-temps du match contre Salonique, qui en découd avec Bâle fin juillet, au tour préliminaire de la Ligue des Champions. Surtout parce que les dix joueurs de champ ont exercé un pressing élevé et poussé le vice-champion grec à la faute.

À l'issue de la partie, Vanhaezebrouck a reconnu qu'il parvenait à faire comprendre ses principes de base mais qu'une partie du groupe ne les avait pas encore assimilés. "C'est un style de jeu complexe. Il faut du temps pour en maîtriser tous les paramètres et opérer chaque fois le bon choix. J'ai même dû me fâcher sur quelques anciens en cours de match, parce qu'ils ne faisaient pas ce que j'attendais d'eux.

Il y a des joueurs qui pigent très vite et d'autres qui ne seront sans doute jamais en mesure d'appliquer mes consignes à la perfection. Ils ont d'autres qualités qui sont utiles à l'équipe et qui peuvent apporter quelque chose à notre football. Les chefs de file doivent diriger ces joueurs-là."

À la fin du stage à Mierlo, Vanhaezebrouck a réveillé quelques joueurs. Il n'en a pas perdu sa bonne humeur pour autant mais il était plutôt décidé. "Une série de joueurs sont très avancés. Ils sont arrivés là où je voudrais amener tout le monde. D'autres sont en retard. Mais il s'agit d'une minorité."

Après trois matches de préparation, on attend toujours les premières actions des nouveaux. Pour diverses raisons, Milic, Musona, Adzic, Abazaj, Dimata, Vranjes et Cobbaut n'ont pu s'imposer vraiment ou ont peu joué. Le seul qui puisse être pleinement satisfait de ses premières apparitions sous le maillot mauve, c'est le gardien Didillon. Ça a fait plaisir à Luc Devroe, qui s'était mouillé pour le gardien français et avait dédaigné la piste Matz Sels.

Vendredi, le manager d'Anderlecht assistait au match contre le PAOK et ces derniers jours, il a travaillé d'arrache-pied sur plusieurs dossiers. Ce n'est donc pas un hasard si on l'a vu en compagnie de Peter Verplancke, le bras droit du manager belge Jacques Lichtenstein. On peut sans doute s'attendre à quelque chose de ce côté.

"Il y aura encore des mouvements dans les deux sens", a déclaré Vanhaezebrouck. "Nous le savions. Je ne me tracasse donc pas."

Par Alain Eliasy

Nos partenaires