Le Club Bruges écrase Anderlecht et est sacré champion de Belgique

15/05/16 à 16:32 - Mise à jour à 17:34

Source: Belga

Le Club de Bruges a décroché le 14e titre de champion de Belgique de son histoire dimanche après-midi, en remportant avec la manière le choc face au Sporting d'Anderlecht au programme de la 8e journée des play-offs 1.

Le Club Bruges écrase Anderlecht et est sacré champion de Belgique

© Belga

Abdoulay Diaby a marqué deux fois en première mi-temps. Vanaken, de la tête, a enfoncé le clou après la pause, et c'est Timmy Simons, le seul joueur à avoir connu le précédent titre des Blauw en Zwart, en 2005, qui achevé le travail sur penalty, avant de quitter la pelouse en fin de partie sous les ovations d'un public conquis.

Le Club de Bruges, privé de Refaelov, blessé, avait entamé la rencontre de manière agressive, et a dominé le jeu durant tout le match. Les Mauves n'ont pas réellement eu voix au chapitre, accumulant les erreurs et récoltant quatre cartons jaunes. A la 24e, Diaby débloquait logiquement le marquoir, de la tête, sur une passe de Meunier, avant de doubler la mise sur une passe de Claudemir à la 29e.

En seconde mi-temps, un supporter brugeois a failli venir gâcher la fête, provoquant une interruption de match de quelques minutes après avoir laissé exploser un projective tout près de Leander Dendoncker. Mais c'est le seul incident qu'il y eu à déplorer, dans une rencontre encore marquée par une réalisation de Vanaken, de la tête, à la 62e, puis un penalty plein de symbole confié à Timmy Simons, qui n'a pas manqué de sauter dans les bras de Preud'homme après son changement.

Les Blauw en Zwart ont dû patienter 11 ans

Il y a 11 ans, sous la conduite du Norvégien Trond Sollied, le Club a fêté son 13e titre après un partage avec Anderlecht (2-2). Timmy Simons (39 ans) est le seul joueur survivant du noyau actuel. L'adjoint Philippe Clement était défenseur central.

Pendant dix ans, le Club a frôlé le sacre à plusieurs reprises (2006: 3e; 2007: 6e; 2008: 3e; 2009: 3e; 2010: 3e; 2011: 4e; 2012: 2e; 2013: 3e; 2014: 3e; 2015: 2e).

Arrivé à la tête du club en 2011, le duo Bart Verhaeghe (président) et Vincent Mannaert (CEO) a dû patienter cinq ans pour atteindre son objectif. En 2013, ils ont engagé Michel Preud'homme qui, à sa troisième saison, a ramené le tant attendu couronnement. L'ancien gardien avait réussi le même pari en 2008 avec le Standard, qui avait patienté alors 25 ans avant de redevenir champion de Belgique.

Pour la deuxième fois, les Brugeois ont terminé la phase classique du championnat en première position. Contrairement à la saison dernière, le moteur n'a pas commencé à se gripper au début des Play-off I. Les victoires à Ostende (0-1) et à La Gantoise (2-0) ont été suivies par des revers à Anderlecht (1-0) et à Genk (4-2). Mais les Bleu et Noir ont retrouvé leur allant sous l'impulsion de José Izquierdo et Hans Vanaken, qui ont fait oublier Victor Vazquez parti en janvier. Des succès indiscutables face à Zulte Waregem (5-0), Genk (3-1) et La Gantoise (1-4) ont suivi.

Les bases de ce sacre ont été jetées essentiellement à domicile. Au stade Jan Breydel, le Club a engrangé 42 points sur 45 lors de la saison régulière. Anderlecht lui a infligé sa seule défaite (1-4). En 2016, les joueurs de Preud'homme n'ont perdu aucun point devant leur public.

Objectif prioritaire, ce titre permettra aux Flandriens (vainqueur de 12 Coupes de Belgique) d'oublier la défaite en finale de la Coupe de Belgique face au Standard (1-2) et l'élimination en phase de poules de l'Europa League.

Bruges participera à la Ligue des champions et la seconde place se jouera entre Anderlecht et La Gantoise, le champion sortant. Les Mauves ont livré une saison régulière modeste avec à peine 15 victoires sur 30 matches et ont terminé à 9 points du Club Bruges. Lors des Play-off I, les joueurs de Besnik Hasi ont été plus accrocheurs, jusque dimanche. La Gantoise, qui a disputé une belle campagne en Ligue des champions, a débuté les Play-off I avec deux points de retard sur le leader. Par la suite, les Buffalos sont rentrés dans le rang, se contentant d'un petit 8 sur 21.

Nos partenaires