La Pro League discute un plan contre le racisme sur le modèle anglais

19/02/18 à 14:39 - Mise à jour à 14:39

Source: Belga

Les membres du conseil d'administration de la Pro League de football se réunissent mardi matin au siège de la fédération à l'occasion de leur réunion mensuelle. L'ordre du jour comprend un plan de lutte contre le racisme dans les stades de football belges.

La Pro League discute un plan contre le racisme sur le modèle anglais

Suite entre autre aux cris de singe à l'encontre de Paul-José Mpoku (photo), la direction de la Pro League a rédigé une note qui doit tenir éloignés des stades les "chants offensants et discriminatoires". © BELGA

Après les chants racistes et anti-wallons de Courtrai à l'adresse d'Uche Agbo (Standard) et les cris de singe dans le stade Jan Breydel du Club Bruges à l'encontre de Paul-José Mpoku (Standard) et de Francis Nganga (Charleroi), la direction de la Pro League a rédigé une note qui doit tenir éloignés des stades les "chants offensants et discriminatoires".

La Pro League pense au modèle anglais, utilisé par exemple en Premier League. "Pour l'essentiel, il faut que les clubs assument davantage de responsabilités. Le point de départ est qu'ils prennent l'initiative", a expliqué Stijn Van Bever, CSR (Corporate Social Responsibility) manager de la Pro League, à l'agence Belga. "La Pro League n'aborde pas à la légère ce thème. Il en va de la crédibilité du football belge."

La proposition qui sera présentée mardi au Conseil d'administration comporte quatre axes. Tout d'abord, la Pro League veut se débarrasser des clubs qui cherchent des excuses. "Les clubs doivent condamner sans équivoque le racisme en général, mais aussi dans leurs stades", déclare Van Bever.

En outre, la Pro League estime que les clubs devraient imposer des sanctions de leur propre initiative aux supporters responsables plutôt que d'attendre le SPF Intérieur ou la police. Par le biais de leurs propres procédures de sécurité et règlements internes, les clubs pourraient écarter de leurs stades les fautifs et les bannir des stades pendant au moins six mois.

Pour prévenir la récidive, la Pro League travaille sur des cours de formation. Les supporters devront suivre cette formation avant de pouvoir revenir dans les stades. Pour le moment, l'éducation au stade n'en est qu'à ses balbutiements. Des organisations partenaires sont toujours recherchées et Van Bever attend également le feu vert du conseil d'administration et, par la suite, du comité exécutif de la Pro League. "Nous sommes toutefois déterminés à poursuivre ce développement au sein de la Pro League. Dans le cadre de nos missions sociales, nous pourrions également mettre les formations à la disposition du football amateur et des jeunes", a déclaré le CSR manager. En outre, les supporters devraient idéalement être aussi inscrits comme bénévoles pour les actions sociales de leur club.

Outre le projet contre le racisme, le Conseil d'administration se penchera sur la Coupe de Belgique (Croky Cup). Les accords avec l'Union belge de football (URBSFA) comme organisateur et le nom du sponsor arrivent à leur terme.

Les négociations sur un ballon officiel et uniforme de la Pro League prennent également fin.

Le conseil d'administration étudiera mardi une collaboration avec la société française de marketing sportif Lagardère Sports.

La discussion sur le terrain en gazon artificiel se poursuit également.

En outre, le management de la Pro League proposera de doubler les aides envers les clubs disposant d'une meilleure formation des jeunes.

Nos partenaires