La pression est sur les épaules de la Tunisie, reconnaît Nabil Maâloul

22/06/18 à 17:25 - Mise à jour à 17:26

Source: Belga

(Belga) La Tunisie sera le deuxième adversaire de la Belgique en Coupe du monde, samedi (14h), à Moscou. "Nous ressentons la pression après la défaite contre l'Angleterre", a confié le sélectionneur tunisien Nabil Maâloul, vendredi, en conférence de presse. "Nous devons gagner, nous n'avons plus le choix."

"La Belgique est très forte, mais nous sommes prêts. Nous voulons éviter les erreurs commises lors du premier match", a expliqué Maâloul. Le sélectionneur reconnaît la force de la Belgique. "La Belgique a une attaque très forte. Lukaku et Hazard peuvent être dangereux à tout moment. Leurs milieux de terrain sont aussi très forts. Nous devons avoir du respect, mais aussi compter sur nos forces. Nous allons essayer de mettre la pression sur leur défense." Maâloul n'a pas dévoilé son onze de base, même si l'attitude sera différente. "Nous devons changer notre style. Nous devons être plus offensifs que lors du premier match. Nous allons commencer comme contre l'Angleterre en 4-3-3, mais mes joueurs doivent être flexibles. Notre système peut changer pendant le match." "La Belgique est une équipe différente de l'Angleterre", a ajouté Maâloul. "Nous avons certainement les armes pour nous créer des ouvertures dans la défense belge. Mes joueurs n'ont jamais participé activement à une Coupe du monde. Cela a joué un rôle lors du match d'ouverture. Cette pression là a maintenant disparu. Nous commencerons demain avec l'intention de gagner." Maâloul ne pense pas que la défense est le point faible de la Belgique. "La Belgique n'a certainement pas une défense faible. De nos jours, tu trouves aussi des gens qui disent que la défense de Barcelone est faible. Tout ne repose cependant pas sur les défenseurs. Tu défends avec tout le monde. Tu ne peux pas jouer un match de Coupe du monde avec trois ou quatre joueurs qui ne défendent pas." (Belga)

Nos partenaires