Marc Degryse
Opinion

24/01/17 à 11:05 - Mise à jour à 12:14

La mentalité du Standard est inquiétante

Marc Degryse, le chroniqueur de Sport/Foot Magazine, s'interroge sur la motivation affichée par les hommes de Jankovic face au Club Bruges.

La mentalité du Standard est inquiétante

Les joueurs du Standard après la défaite face à Bruges. © BELGA

Des arguments pour que le Standard reprenne le championnat sur un bon rythme, il y en avait un paquet ! Bruges ou pas en face, il n'y a plus de temps à perdre, il faut prendre un maximum de points pour recoller au top 6. Le Standard sortait aussi de trois nuls décevants contre Genk, Lokeren et Saint-Trond qui ne sont quand même pas les cadors du foot belge, il y avait donc des choses à mettre au point. On avait entendu que le stage en Espagne s'était parfaitement déroulé, c'était encore un feu vert de plus. Et puis, ce match contre Bruges, il se jouait à Sclessin, avec toute la passion et la débauche d'énergie que cela sous-entend.

Mais patatras, encore une fois ! Dès les premières minutes, on a compris que ça allait mal se terminer. Pas d'agressivité, pas d'envie, pas de dash, pas d'intensité, un niveau technique indigne. Une équipe passive, attentiste, mise directement sous pression par un excellent Bruges. La plus grosse déception, c'est le manque de mentalité positive. Et ça, c'est inquiétant. Si on ne voit pas des Standardmen motivés à fond dans un match pareil, que faut-il attendre d'eux dans les prochaines semaines ? Qu'est-ce qu'il faut pour les booster une fois pour toutes, pour leur faire comprendre l'importance de l'enjeu ? Je le sens mal. Ces joueurs sont-ils conscients qu'une deuxième saison consécutive sans qualification pour les play-offs, ce serait une honte intégrale ?

Partager

" Les joueurs du Standard sont-ils conscients qu'une deuxième saison consécutive sans qualification pour les play-offs, ce serait une honte intégrale ? "

On peut déjà se demander si le départ d'Adrien Trebel n'a pas été sous-estimé. On dit qu'il n'était plus suivi par le vestiaire, je peux le comprendre. Mais si tu vois ça, tu acceptes donc de le laisser partir et surtout tu anticipes. Vu le rôle qu'il occupait, il fallait penser très vite à sa succession. Là, on ne l'a pas fait. On mise sur un duo Ibrahima Cissé - Eyong Enoh ? Désolé, c'est trop court. Aucun des deux n'a le jeu vers l'avant que possède Trebel. Ça a sauté aux yeux contre Bruges. Dans ce match, Ishak Belfodil et Edmilson ont de temps en temps montré un truc intéressant. Pour le reste ? C'est tout ! Les médians étaient aux abonnés absents. Les défenseurs étaient à la ramasse et je ne parle pas seulement des trois centraux. Il y avait, sur les flancs, deux gars censés participer aussi au boulot défensif. Il est trop tôt pour juger Filip Mladenovic, par contre on peut juger Réginal Goreux. Il est trop court pour faire le flanc dans une équipe qui vise haut, point à la ligne. On a là un gars d'expérience qui fait des floches de débutant. Sa faute devant le rectangle, qui offre un coup franc en or et le deuxième but à Bruges, c'est un coup de couteau. Guillaume Hubert a oublié de faire le boulot sur le premier but, Goreux l'a imité sur le deuxième, Kostas Laifis et Alexander Scholz ont foiré sur le troisième. Ça fait beaucoup quand tu as le Club en face ! Trois cadeaux pareils dans le même match alors que tu dois absolument prendre des points, ça ne va pas...

Aleksandar Jankovic ne répond pas aux attentes si on fait son bilan aujourd'hui. Encore heureux pour lui qu'il soit très proche de sa direction. Un entraîneur qui n'aurait pas la même relation humaine avec ses patrons commencerait à avoir chaud. Regarde Peter Maes : Genk l'a viré alors que l'équipe était encore engagée sur trois fronts. La différence, c'est qu'il ne s'entendait plus avec les gars dans les bureaux. Mais bon, Jankovic n'est pas idiot, il sait que ça ne suffit pas à long terme. Maintenant, il faut des résultats. Le Standard est à nouveau sur un volcan, et à côté de ça, qu'est-ce que c'est serein à Bruges ! C'est plus que jamais le champion à battre. On a là-bas un groupe et un coach qui travaillent ensemble depuis trois ans. Oui, le contraste avec la politique du Standard est total.

Nos partenaires