Marc Degryse
Opinion

28/11/17 à 11:00 - Mise à jour à 11:01

La griffe Sa Pinto a pris

Pour Marc Degryse, le chroniqueur de Sport/Foot Magazine, la victoire du Standard à Genk est un match référence pour les Rouches.

La griffe Sa Pinto a pris

La griffe Sa Pinto a pris. © BELGA

L'ultimatum posé à Ricardo Sa Pinto par la direction du Standard, il ne remonte pas si loin dans le temps. Mais on semble aujourd'hui en être loin, c'est presque oublié, parce qu'on a l'impression qu'il fait maintenant l'unanimité. Il demandait du temps, répétait souvent qu'il travaillait avec une équipe en partie renouvelée, avec un nouveau staff, dans un club qui restait sur des grosses désillusions. Tout ça, c'était vrai.

Mais comme on connaît trop bien le Standard, on se demandait si les patrons allaient lui accorder le temps qu'il réclamait. Ricardo Sa Pinto a cherché, il a beaucoup réfléchi, il a pas mal testé, puis il a mis une vraie équipe type sur la pelouse. Depuis qu'elle est là, les bons résultats s'enchaînent. Mais il n'y a pas que ça. On voit aussi une vraie griffe, un style de jeu qui s'est progressivement mis en place et qui, par moments, séduit le public. Maintenant, on sait à l'avance qui va jouer et comment ils vont jouer, mais c'est compliqué à détricoter.

La victoire à Genk, c'est un match référence parce qu'on a vraiment vu un bon Standard. Avec, à nouveau, le même onze de base, sauf au poste de back gauche où Collins Fai relayait SébastienPocognoli, suspendu. Cette équipe a plusieurs secteurs forts. Ça part du gardien. Guillermo Ochoa a été un des héros du week-end en arrêtant un penalty, mais son apport ne se limite pas à ça. Il rassure clairement sa défense. Dans l'axe, Christian Luyindama continue à monter en puissance. On s'est posé pas mal de questions quand il a remplacé Alexander Scholz, mais entre-temps, il est devenu incontournable et il ne fait plus d'erreurs ridicules. Celui-là, il faut le bouger ! Sa stature est impressionnante. Et son entente avec Kostas Laifis est très efficace.

Partager

Maintenant, on sait à l'avance qui va jouer pour le Standard et comment ils vont jouer, mais c'est compliqué à détricoter.

Dans l'entrejeu, la composition de l'axe était un problème récurrent en début de saison. Sa Pinto a régulièrement aligné Uche Agbo et Merveille Bokadi, et ça manquait clairement de qualités footballistiques, il y avait des carences à la construction. Depuis que Razvan Marin remplace Bokadi, suite à sa blessure, ça va beaucoup mieux. Marin a du foot dans les pieds, ça saute aux yeux. Il est bon mais il peut encore être meilleur, c'est un des joueurs de l'équipe qui garde une grosse marge de progression.

Edmilson assure sur son flanc, mais c'est encore plus joli sur le côté opposé avec Paul-José Mpoku. Son coup franc fantastique pour faire 0-1 à Genk n'était pas un one shot. Mpoku doit déjà en avoir mis une dizaine avec le Standard. Il a un vrai coup de patte, les trajectoires qu'il donne au ballon n'ont aucune part de hasard, c'est réfléchi, calculé, il sait où il va le mettre. En plus d'être un leader, un guide, Mpoku est sans doute le meilleur joueur du Standard sur la première partie de la saison.

Devant, par contre, je continue à rester sur ma faim. Orlando Sa n'est pas encore redevenu la machine à marquer qu'il était la saison passée, et dans son dos, Carlinhos n'est pas encore assez concret. Le Standard reste une des équipes qui marque le moins, et une partie de l'explication est là.

Dès le départ, Sa Pinto a dit qu'il visait les play-offs 1 et il ajoutait qu'il était certain d'y arriver. Depuis ce week-end, son équipe est dans le top 6 et on ne l'imagine plus en dehors. Le Standard n'est pas bon chaque semaine mais il y a quand même eu une accumulation de prestations convaincantes depuis que le Portugais a dégagé son équipe type.

Le match de Coupe à Anderlecht, ce mercredi, vaudra le déplacement parce qu'on aura un Standard en pleine bourre contre des Mauves qui continuent quand même à se chercher. Ils ont été bons dans la défaite contre le Bayern mais très moyens dans la victoire contre un Courtrai qui n'est vraiment nulle part. Avec un noyau aussi large, Anderlecht a, moins que le Standard, le droit de se faire sortir en Coupe de Belgique. Parce qu'un groupe aussi important à gérer dès décembre, avec le seul championnat au programme, ce ne serait pas simple.

Nos partenaires