La fin du suspense dans le feuilleton du rachat d'Anderlecht approche

20/12/17 à 10:38 - Mise à jour à 10:38

Source: Belga

C'est en principe ce mercredi au cours d'un conseil d'administration du club qui se tiendra dans le plus grand secret, que sera décidé dans quelles mains (belges) va tomber le Royal Sporting Club d'Anderlecht, sur lequel aura régné la famille Vanden Stock pendant 46 ans. Une conférence de presse devrait se tenir jeudi.

La fin du suspense dans le feuilleton du rachat d'Anderlecht approche

Le stade Constant Vanden Stock (Anderlecht). © BELGA

C'est Jo Van Biesbroeck, directeur des opérations, qui devra présenter les différentes offres reçues aux actionnaires. Il reviendra ensuite à Roger Vanden Stock et aux autres membres du conseil d'administration de désigner celle qu'ils acceptent.

Mardi Philip Neyt, le porte-parole de Ghelamco, avait confirmé à l'agence Belga que les trois enfants du patron de l'entreprise Paul Gheysens (propriétaire de l'Antwerp), Michael (35 ans), Simon (34) et Marie-Julie (23), avaient en leur nom propre déposé une offre dans la matinée.

Une même personne ne peut pour rappel détenir deux clubs de la Pro League. S'agit-il de la bonne piste ? Beaucoup en doutent.

Une autre piste

C'est ainsi que Wouter Vandenhaute, initialement présenté comme colistier de Paul Gheysens dans l'affaire, ferait désormais cavalier seul. Mais pas aussi seul que cela puisque selon Sporza, le patron de Woestijnvis se serait entouré d'un consortium comprenant une dizaine d'investisseurs. Les noms de Johnny Thijs (l'ex-CEO de B-Post) et d'Alexandre Vandamme, l'héritier du géant brassicole AB InBev, actionnaire discret mais bien connu du RSCA, sont notamment cités. L'offre pour le rachat de 60 pc des parts s'élèverait à 45 millions, et permettrait à Wouter Vandenhaute de "réaliser un rêve d'enfance".

Il n'est par contre plus question du milliardaire russo-ouzbekh Alisher Usmanov (propriétaire de 30% des parts d'Arsenal), qui n'aurait même jamais fait d'offre.

La seule chose qui pour l'heure ne fait aucun doute, c'est que le RSCA s'apprête à tourner une des pages les plus importantes de sa glorieuse histoire.

Rien ne dit, cependant, que Roger Vanden Stock ne restera pas président, mais avec quels pouvoirs ?

Nos partenaires