La fin d'un cycle à Charleroi ?

25/05/17 à 10:00 - Mise à jour à 23/05/17 à 15:21

Source: Sportmagazine

Entre un noyau à bout de souffle et une école des jeunes dans les starting-blocks, Charleroi dessine déjà son avenir. Et Felice Mazzù en fera certainement partie.

La fin d'un cycle à Charleroi ?

Felice Mazzù. © BELGAIMAGE

La saison zébrée s'est terminée sur les rotules. Les Carolos ont fini leurs play-offs par un match sans enjeu et avec une infirmerie qui affichait complet : Hamdi Harbaoui, Clinton Mata, Stergos Marinos, Dorian Dessoleil, Steeven Willems, Jordan Remacle et Amara Baby n'ont pas fait le voyage jusqu'à Waregem, pas plus que Clément Tainmont, suspendu. C'est donc avec un onze remanié, éclaboussé par le talent de Cristian Benavente, que les hommes de Felice Mazzù ont décroché leur dixième point dans ces play-offs.

Tout comme la qualification pour le grand bal de la fin de saison, le fait de lutter pour les tickets européens jusqu'à la neuvième journée avait des allures d'exploit, presque inattendu jusqu'au sein même du club. Du côté de l'école des jeunes, on s'attendait d'ailleurs à voir certains talents locaux recevoir quelques miettes de temps de jeu dans les dernières semaines, qu'on imaginait déjà sans enjeu. Mais finalement, le virevoltant Massimo Di Vita, l'un des Zébrions les plus proches du noyau A, a dû se contenter de minces minutes d'échauffement, le long de la ligne de touche du stade arc-en-ciel.

À l'heure actuelle, le vivier de Marcinelle est visiblement jugé insuffisant par le staff de l'équipe première. Une situation qui ne pourra plus durer éternellement, car Mehdi Bayat est proche de chacun de ses euros et espère un retour sur l'investissement consenti en faveur de son école des jeunes ces derniers temps. Il se dit qu'Alain Decuyper, qui abat un travail considérable depuis son arrivée à la tête du champ de ruines qu'était devenue l'école des jeunes carolo, aurait reçu de la direction un délai de trois ans pour qu'un joueur issu du centre de formation se fraye un chemin jusqu'à la pelouse du Mambour.

Récemment, des jeunes joueurs venus des divisions amateurs, voire de provinciale, ont ainsi été recrutés par le Sporting pour intégrer les Zébrions. Une façon, sans doute, d'offrir à Felice Mazzù des joueurs habitués depuis plusieurs années à affronter des adultes, et donc avec une aptitude au " combat " indispensable pour répondre à l'impact physique imposé par plusieurs équipes du nord du pays. Tom Roland, arrivé de Longlier, possède ainsi un profil qui séduit l'entraîneur des Zèbres, mais son absence de formation de haut niveau ne peut masquer ses carences techniques, révélées lors d'une rencontre amicale entre les Carolos et Saint-Trond, avant le coup d'envoi des play-offs.

Qu'il se produise avec des jeunes du cru ou non (et la réponse négative est la plus probable pour la saison prochaine), le renouveau carolo a déjà commencé. Cette semaine, Mazzù va rencontrer Mehdi Bayat pour tracer plus précisément le fil conducteur d'une prochaine campagne qui s'annonce bien différente. Conscient que son entraîneur est la clé de voûte du succès de son équipe, Mehdi est prêt à entamer un certain roulement dans son noyau, histoire de lancer un nouveau défi à un coach qu'il souhaite conserver le plus longtemps possible dans le Pays Noir.

Par Guillaume Gautier

Nos partenaires