L'histoire mouvementée de Jason Denayer

18/06/15 à 09:00 - Mise à jour à 16/06/15 à 18:09

Source: Sportmagazine

En une semaine, les Diables Rouges sont passés du paradis à l'enfer mais ils ont trouvé un défenseur central supplémentaire. Portrait de Jason Denayer, qui fêtera ses 20 ans la semaine prochaine.

L'histoire mouvementée de Jason Denayer

Jason Denayer lors de sa première titularisation avec les Diables Rouges au Stade de France. © BELGA

"Que veux-tu gagner dans la vie?", lui demande pour la deuxième fois le responsable du scouting de Manchester City, en 2012. Et pour la deuxième fois, le jeune Jason Denayer lui répond: "Everything". Tout! II n'a que 17 ans et n'a pas encore disputé de match à onze contre onze sur grand terrain. Ses conseillers, Jesse De Preter et Dirk Geuens (de l'agence de management Atticus Sports Management), qui l'accompagnent, ne sourcillent même pas. Ils savent que Denayer n'a peur de rien et ne sait même pas ce que signifie le mot stress. Quelques années plus tard, le fait d'être titularisé pour la première fois avec les Diables Rouges au Stade de France ne lui fait absolument rien non plus.

Jason Denayer a ses propres références. Lorsqu'il disputa la Champions League Youth Cup avec Manchester City, on lui demanda quel stade l'avait le plus impressionné. "Le stade de Lokeren", répondit-il le plus sérieusement du monde. Il y avait remporté un tournoi de jeunes avec Anderlecht et ça lui était resté en mémoire. Une fois seulement il s'est montré un peu plus excité. C'était en 2013. Jason avait envoyé un SMS à ses deux conseillers pour qu'ils viennent le voir lors de son tout premier passage avec les Espoirs belges, face à la Serbie.

"Avant le match, Johan Walem lui a dit: Jason, tu joues contre Mitrovic. Pas de stress, hein!, raconte Jesse De Preter. Denayer a répondu: C'est qui, Mitrovic? (il rit). Quand on lui a dit qu'il s'agissait du joueur d'Anderlecht, il m'a regardé d'un air interrogateur: Pourquoi devrais-je stresser? A l'entraînement, je joue contre Sergio Agüero. Ça, c'est Jason tout craché. Et ce n'est pas de l'arrogance. Simplement, il n'est jamais nerveux."

Par Geert Foutré et Alain Eliasy

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à Jason Denayer dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires