L'arrivée était 500 mètres trop loin pour Sep Vanmarcke

10/03/16 à 20:41 - Mise à jour à 20:41

Source: Belga

(Belga) Partis à une vingtaine de kilomètres de l'arrivée, Sep Vanmarcke, Sylvain Chavanel et Delio Fernandez n'ont été repris que dans les 500 derniers mètres de la quatrième étape de Paris-Nice, dont l'arrivée était jugée à Romans-sur-Isère, jeudi. "J'ai commencé à y croire sur le tard", a confié Sep Vanmarcke (LottoNL-Jumbo). "Dommage que nous n'avons pas pu rester devant."

Après l'ascension de la Côte de Saint-Uze, où Marcel Kittel a notamment perdu du terrain, la course s'est animée. Vanmarcke a tenté sa chance à 21,5 km de l'arrivée. "Je pouvais accentuer mon entraînement en vue des classiques", a-t-il expliqué."Tout donner, c'est un bon entraînement. L'objectif était de le faire dans l'étape de mercredi, mais elle a été annulée. J'ai donc essayé aujourd'hui." Vanmarcke ne croyait pourtant pas que l'échappée irait au bout. "J'ai tout de suite senti le vent de face. Ce fut une déception. Sylvain Chavanel était un bon partenaire, mais nous ne pouvions pas beaucoup compter sur l'Espagnol. S'il passait en tête, ce qui n'est pas arrivé souvent, le tempo baissait. Sylvain et moi faisions tout le travail." Le trio n'a jamais compté plus de 20 secondes d'avance puis l'équipe Katusha a accéléré dans le peloton, aidée ensuite par Cofidis. "Quand nous avions près de 20 secondes à 3 km de l'arrivée, j'ai commencé à y croire. Sur la fin, comme souvent, chacun commence à se regarder, tu gardes des réserves en vue du sprint et là, notre avance a fondu. Je ne voulais pas rouler pour la deuxième ou la troisième place, je voulais gagner. Mais si tu en gardes un peu sous la pédale, cela ne réussit pas. Je suis quand même déçu d'avoir manqué cette chance. D'un autre côté, si j'avais roulé à fond jusqu'à la fin, nous serions peut-être restés devant, mais j'aurais perdu le sprint. C'est la course. Tu dois espérer que tout le monde continue de rouler, mais cela ne s'est pas produit et on nous a repris. Dommage, mais je maintiens que c'était un bon entraînement. La condition est bonne, ça je le savais, mais cette course m'en apporte la confirmation. Ce n'est jamais mauvais pour la confiance." (Belga)

Nos partenaires