Jupiler Pro League - Selon Verbist, "le VAR n'a pas de ligne sur l'image pour juger les hors-jeux"

31/07/18 à 18:59 - Mise à jour à 19:02

Source: Belga

(Belga) Les arbitres de l'assistance video (VAR) n'ont pas commme les téléspectateurs, de ligne tracée à travers l'image, pour juger les situations de hors-jeu. C'est ce qu'a expliqué mardi le patron des arbitres Johan Verbist, qui a analysé les prestations arbitrales de la première journée de la Jupiler Pro League de football.

Le dossier le plus délicat concernait le match d'ouverture de vendredi Standard - La Gantoise (3-2), au cours duquel l'arbitre Nicolas Laforge a accordé sans hésitation un penalty à l'équipe locale. Il a certes bien jugé qu'Anderson Esiti avait commis une faute sur Paul Mpoku dans le rectangle à la 57e minute, mais sans tenir compte d'un hors-jeu de Luis Pedro Cavanda à l'origine de la phase, qui aurait dû être signalé. "Le juge de ligne ne pouvait pas le voir", assure Verbist, sans forcément convaincre, "et l'arbitre assistant du VAR non plus. Parce qu'il n'a pas, comme le téléspectateur, cette ligne tracée à travers l'image par les producteurs des chaînes de télévision, pour voir la position exacte d'un joueur au moment de la passe. Si cela avait été le cas, Tim Pots aurait sûrement signalé le hors-jeu de Cavanda à l'arbitre..." Mais le bilan du VAR établi par Verbist fait état de quatre bonnes décisions sur cinq interventions. La seule erreur a en effet été commise dimanche au match Lokeren - RC Genk (0-4), où un hands flagrant de Steve De Ridder à la 13e minute aurait dû être signalé à l'arbitre Bart Vertenten. Les deux penalties sifflés grâce au VAR lors du match Club Bruges - AS Eupen (5-2) étaient justifiés. Siebe Blondelle commet en effet une faute sur Benoît Poulain (21e) à la suite d'un corner, et Matej Mitrovic a visé le pied d'Eric Ocansey à la 71e. L'exclusion en fin de match de Christophe Diedhiou (Mouscron) qui frappe intentionnellement Indy Boonen (Ostende) au visage du bras était également justifiée. Intervention correcte du VAR, par conséquent. Enfin au match Saint-Trond - Cercle de Bruges, où aucun but n'a été marqué samedi, les Canaris ont eu tort de réclamer un penalty lorsque Yohan Boli s'est clairement laissé tomber dans le rectangle, sans abuser l'arbitre Bert Put. Les images le confirment et le VAR a donc eu raison de ne pas se manifester... (Belga)

Nos partenaires