"Jouer gardien, c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas"

10/08/17 à 10:00 - Mise à jour à 09/08/17 à 13:33

Source: Sportmagazine

Son temps de jeu la saison dernière en Ecosse : 0 heure, 0 minute, 0 seconde. Son revival doit passer par Mouscron. Interview en mode "toujours debout". Extraits.

"Jouer gardien, c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas"

Logan Bailly de retour en Belgique à l'Excel Mouscron. © BELGAIMAGE

Logan Bailly à propos...

...de sa prise de poids : " J'ai tendance à vite prendre. Et je perds très vite aussi. Je suis rentré en Belgique, c'étaient mes vacances, je voulais en profiter. J'ai continué à faire du sport, mais quand tu passes de minimum un entraînement par jour dans un grand club à un rythme d'un petit jogging tous les deux jours, ça fait une grosse différence. Beaucoup de footballeurs reprennent les entraînements avec quelques kilos en trop. Les dirigeants de clubs et les entraîneurs le savent, ils comprennent, ils acceptent. 12 kilos ? Je ne sais pas qui t'a dit ça... C'est quand même beaucoup, douze... (Il rigole)."

...de son retour à son meilleur niveau :"Mon meilleur niveau ? ... Les qualités, je les ai. Quand on les a un jour, on les a toujours. Jouer comme gardien de but, c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas. Je pense que ça peut aller très vite. J'ai rattrapé presque tout mon retard physique, je me sens super bien."

...de son passage au Celtic : "Je savais dès le départ que ça n'allait pas être facile. Devenir titulaire là-bas, c'était un gros défi. Et ce challenge, je l'ai voulu. J'aurais pu faire la même chose que beaucoup de footballeurs belges : rester tranquillement dans mon petit club, ne pas prendre de risque, être sûr de ma place. Mais ça, ce n'est pas pour moi. Ce n'est pas dans mon tempérament. J'ai passé des années merveilleuses à Louvain. Mais quand tu reçois une offre d'un club comme le Celtic, normalement, tu n'hésites pas une seconde. Et je n'ai pas hésité une seconde. Aujourd'hui, j'ai un palmarès. Et ça, personne ne me l'enlèvera. Jamais. Il n'y a quand même pas énormément de footballeurs ici qui peuvent dire qu'ils ont passé deux ans dans un club pareil et qui y ont gagné des trophées. Je ne regrette rien. Rien du tout. Jusqu'à mon dernier jour, je serai heureux d'être passé par là. Même quand tu n'es pas sur le terrain, le Celtic reste une marque connue dans le monde entier."

...des déclarations d'Eric Deleu (il doit viser le Mondial, ndlr): "Dans le foot, il n'y a rien d'irréaliste. Maintenant, je suis conscient que j'ai 31 ans et qu'il y a des gardiens plus jeunes qui frappent à la porte pour se mettre derrière Thibaut Courtois et Simon Mignolet. C'est un challenge que mon préparateur me met ! A Louvain, Ronny Van Geneugden m'avait mis, entre guillemets, la même pression. Il m'avait dit : -Si tu viens ici, c'est pour repartir dans un grand club. Après Louvain, je me suis retrouvé au Celtic Glasgow ! Je bosse, on verra pour la suite. Mais il ne faut pas croire que l'équipe nationale soit ma première priorité."

...des médias qui condamnent déjà Mouscron à la relégation : "C'est facile de faire des pronostics. Sous prétexte qu'on ne connaît pratiquement personne dans notre équipe. Moi, je dis que c'est à la fin du bal qu'on paie les musiciens. On fera les comptes en fin de saison. Quand je lis le classement qu'on nous prédit, ça me rappelle ce qu'on écrivait avant le tour final que j'ai joué avec Louvain. Il y avait aussi Eupen, le Lierse et Lommel, on ne nous donnait pas plus de 10 % de chances de monter. Mais ce tour final, on l'a carrément survolé. Qu'on regarde six ou sept matches avant de prédire le nom du champion et celui du descendant. C'est facile de dire que Bruges, Anderlecht et Genk sont favoris, simplement parce qu'ils ont fait des transferts à x millions. C'est facile de condamner Mouscron parce qu'il y a une grande majorité d'inconnus dans notre équipe. Moi, je découvre un groupe jeune, talentueux et respectueux. Je suis le joueur le plus âgé et tout se fait très naturellement, je ne dois jouer ni au policier, ni au sheriff."

Par Pierre Danvoye

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Logan Bailly dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires