JO 2016 - Trop forte pour l'Inde en quarts, la Belgique est à un succès d'une médaille

14/08/16 à 21:00 - Mise à jour à 21:00

Source: Belga

(Belga) Le rêve du hockey masculin belge de ramener une médaille des Jeux Olympiques de Rio est toujours d'actualité. Les Red Lions ont franchi le cap des quarts de finale aux dépens de l'Inde, qu'ils ont battue 3-1 (0-1 à la pause) dimanche en début d'après-midi. La Belgique doit remporter l'un de ses deux prochains matchs (la demi-finale mardi contre l'Australie ou les Pays-Bas ou la finale de consolation jeudi) pour monter sur le podium.

Brillants lors de leur début de campagne olympique, les Red Lions avaient achevé leur phase de poules par une défaite contre la Nouvelle-Zélande (1-3). De quoi instaurer le doute dans les esprits malgré une première place finale au classement. Ils se sont rassurés, dimanche. Face aux techniciens indiens, les hockeyeurs belges ont accepté leurs responsabilités en prenant le jeu à leur compte, s'assurant la possession de la balle. Les Indiens repliés dans leur moitié de terrain attendaient le moment venu pour placer l'un ou l'autre contre, toujours rapide, parfois déroutant. D'occasion de but, il n'en fut pas vraiment question avant la 13e minute. Elle fut signée Dockier, en conclusion d'une longue séquence collective, et repoussée par le gardien. On se dirigeait vers un 0-0 à la première pause, quand à 36 secondes du coup de sirène un tir indien était dévié par Akashdeep Singh et finissait sa course dans le but belge (0-1). "Il y a une faute d'arbitrage, on n'est pas concentré et ils marquent. Je me suis dit: ouille, on n'est peut-être pas bien rentré dans le match. C'est plus la manière que le but qui m'a inquiété", estima le capitaine John-John Dohmen. Voilà qui compliquait la tâche déjà ardue des Belges. Le monopole de la balle n'aboutissait à aucune réelle menace pour Parattu, le dernier rempart indien. La seule se situa à 15 secondes du retour aux vestiaires sur le premier PC belge. L'envoi de Luypaert était détourné. "Ce fut très difficile", a reconnu le capitaine. "L'Inde a changé de tactique en jouant encore plus bas que d'habitude. On a eu du mal à mettre le tempo. Je crois qu'ils nous ont endormis au début du match. On a mis du temps à trouver la bonne méthode. Il fallait rester très très calmes et patients." Les hommes de Shane McLeod disposaient d'une demi-heure pour renverser la situation. "Le coach n'a pas donné de consigne particulière, mettre un peu plus de rythme, avoir un meilleur back cinq à l'arrière pour pouvoir les manipuler un peu plus", a précisé Dohmen. "On a vu une autre équipe en seconde mi-temps", estima le coach néo-zélandais des Red Lions. "J'ai énormément de confiance en elle. Je savais qu'il n'y aurait pas qu'un seul but dans ce match", a-t-il confié. De fait, les Red Lions accélérèrent la circulation de la balle et trouvèrent enfin des décalages face à des Indiens qui faiblissaient physiquement sous un soleil de plomb. "Il était à notre avantage. Notre condition physique était meilleure et ils ont cédé", estimait à ce propos le défenseur Arthur Van Doren. "C'était intenable, la chaleur" jugea de son côté Dohmen. "En plus, c'est le 6e match en peu de temps, la fatigue se fait sentir mais la motivation est là. Donc ça va." Si Thomas Briels perdait ses deux duels seul face au gardien indien (32e), à l'inverse, Sébastien Dockier remettait les équipes à égalité deux minutes plus tard (1-1, 34e). C'est encore lui qui donnait l'avance à la Belgique en déviant une passe tranchante de Charlier (2-1, 45e), 28 secondes avant la fin du quart-temps. "Je marque les deux buts, mais c'est le fruit du travail de toute l'équipe", a souligné l'intéressé. Les rôles étaient dès lors inversés. La Belgique pouvait laisser venir et placer des contres dans la dernière période. Un exploit individuel de Tom Boon assurait le succès de la Belgique (3-1, 50e). "Je suis très très heureux. Je n'ai jamais douté. On savait qu'on aurait nos chances. Je reviens de très loin. J'ai cru que c'était fini au début (après sa déchirure musculaire à trois jours du 1er match des JO). J'ai reçu le soutien de tout le monde et voilà que je joue et je marque ce goal. C'est un sentiment, fort, incroyable." Les Lions tenaient leur proie, ils n'allaient plus la lâcher. "Notre travail a fini par payer au 3e et au 4e quart. Les Indiens, ils étaient au bout de leur vie", analysa Van Doren. "Deuxième objectif atteint après être sortis des poules, qui était le premier, demandez son avis à ce propos à la Grande-Bretagne (éliminée)", s'est réjoui le coach Shane McLeod. "C'est super. On a souffert en première mi-temps mais notre adversaire a tout donné à ce moment-là. Ils ont essayé de jouer un match où il n'y aurait pas beaucoup d'occasions et dans lequel ils marqueraient sur un PC ou un but comme ils ont mis. Mais je crois que notre équipe était simplement trop forte pour eux." (Belga)

Nos partenaires