JO 2016 - Mandat d'arrêt contre le président du club d'Ipswich pour revente illégale de billets

15/08/16 à 23:48 - Mise à jour à 23:48

Source: Belga

(Belga) La police brésilienne a annoncé lundi avoir lancé quatre mandats d'arrêt, dont un contre le Britannique Marcus Evans, président du club de football d'Ipswich (2e div. anglaise), dans le cadre d'un scandale de revente illégale de billets pour les jeux Olympiques de Rio.

"Nous avons demandé au pouvoir judiciaire que soient décrétés quatre mandats d'arrêts contre des personnes directement impliquées dans l'entreprise THG (accusée de fraudes sur la vente des billets, ndlr). Mais comme ils ne se trouveraient pas sur le territoire national, Interpol va recevoir leurs mandats d'arrêt", a expliqué Ricardo Barbosa, inspecteur au département anti-fraude, lors d'une conférence de presse. "Outre M. Evans, David Patrick Gilmore (Irlande), Maarten Van Os (Pays-Bas), Martin Studd (Angleterre) font également l'objet d'un mandat d'arrêt", a-t-il précisé. Tous sont accusés d'avoir vendu des billets pour les JO-2016 à un prix très élevé, récupérés illégalement auprès d'entreprises autorisées par le Comité olympique irlandais. "Marcus Evans est un Britannique qui a eu plus de cinquante entreprises à son nom, mais aujourd'hui il n'a plus rien à son nom. Il est multimillionnaire, il a déjà détenu des chaînes de télévision, et surtout il est le patron du club de football d'Ipswich", a-t-il ajouté. "En 2012, Marcus Evans a été responsable de la vente officielle de billets pour les jeux Olympiques de Londres mais en 2016, il n'est pas autorisé. Pour camoufler cela, il les a vendus dans des offres billets + hôtel, des offres VIP, pour gagner beaucoup plus d'argent sur le billet", a précisé Aloysio Falcao, commissaire en charge de l'enquête. THG écoulait des tickets pour "les événements très demandés comme la finale du football, les cérémonies d'ouverture et de clôture des JO. Ces billets peuvent valoir très cher. Avec ces entrées, l'entreprise aurait pu générer 10 millions de reals (2,8 millions d'euros)", selon M. Barbosa. (Belga)

Nos partenaires