Guillaume François : "Le derby anversois, c'est la guerre"

13/04/18 à 10:00 - Mise à jour à 10/04/18 à 17:12

Passé à quelques minutes d'un retour en D1A avec le Beerschot-Wilrijk, Guillaume François prend ce semi-échec avec philosophie. Le seul Wallon du groupe va enfin pouvoir découvrir un choc anversois en match officiel.

Guillaume François : "Le derby anversois, c'est la guerre"

Guillaume François, une valeur sûre au Kiel. © BELGAIMAGE

Guillaume François à propos...

...de la défaite en finale de D1B face au Cercle : "On relativise, on se dit que l'objectif de la saison a été atteint, vu qu'on a évité la lutte pour le maintien. Maintenant, chemin faisant, on s'est vraiment pris au jeu, surtout après avoir gagné le match aller 1-0. On passe de l'idée d'être champion et de ne plus avoir de matchs pendant plus de trois mois à celle de devoir préparer dix rencontres de PO2. Le bon côté des choses, c'est qu'on teste notre niveau par rapport aux clubs de D1."

...du prochain match face à l'Antwerp : "Notre public va être chaud boulette ! On espérait revoir l'Antwerp la saison prochaine, mais ça sera probablement le match le plus chaud de ma carrière. On va bien sûr se préparer différemment que lors du dernier affrontement. C'était un match de préparation d'avant-saison à l'époque de Glen De Boeck, donc en 2011 ou 2012. On sortait d'une semaine de physique intense et De Boeck avait dit : "Je n'en ai rien à foutre de ce match, je le prends comme une prépa, donc tout le monde jouera une mi-temps." C'était audacieux ? Je trouvais aussi, mais je ne me rendais pas compte de l'enjeu. Je le voyais certes comme un derby, mais amical. On est arrivé au Bosuil, c'était rempli, bouillant, tendu ! On a perdu 2-1 et nos fans nous en ont voulu. Il y a eu des bagarres entre supporters, la police a dû amener chevaux et canons à eau pour disperser la foule et on a attendu deux heures pour sortir du stade parce que nos propres fans nous bloquaient l'accès. Une fois arrivés au parking des joueurs, au Kiel, ils étaient à nouveau là, outrés, nous faisant comprendre que c'était scandaleux d'avoir perdu le match de l'année, surtout qu'on était en D1 et l'Antwerp en D2. On s'en est rendu compte trop tard et l'atmosphère a été très pesante pendant 2-3 semaines à cause de cette défaite."

...du côté arrogant des Anversois: "C'est bien connu : les Anversois sont assez fiers de leur ville. Il y a une certaine arrogance que je prends personnellement au second degré et que j'aime beaucoup. Je me suis déjà retrouvé sur le terrain alors que nos fans chantaient " Les Wallons, c'est du caca ! " Je ne ferai jamais un procès pour ça, ni pour leur chant " Il n'y a qu'un seul bon wallon, c'est François ". Cela fait partie du folklore foot et ce n'est pas comparable aux cris de singes. Quand on ne dépasse pas les limites, je trouve qu'il faut prendre les choses avec philosophie. Le côté arrogant des Anversois me fait beaucoup rire."

Par Emilien Hofman

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Guillaume François dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires