"Froome est dans une situation similaire à celle de Diego Ulissi en 2014", relève Goetghebuer

13/12/17 à 11:10 - Mise à jour à 11:12

Source: Belga

(Belga) Le cycliste britannique Chris Froome, qui a été contrôlé positif au salbutamol (2.000 ng/ml) lors d'un contrôle au dernier Tour d'Espagne cycliste, est dans une situation similaire à celle du cycliste italien Diego Ulissi, qui avait été contrôlé positif en mai 2014 lors du tour d'Italie (1.900 ng/ml), relève le rédacteur en chef du magazine Sport & Vie, Gilles Goetghebuer. L'athèle italien avait alors été suspendu neuf mois.

Le salbutamol, substance retrouvée en quantité trop élevée dans l'urine de Christopher Froome, fait partie de la classe des bêta-agonistes. Ce médicament est utilisé pour traiter les difficultés respiratoires provoquées par des maladies telles que l'asthme et les bronchites chroniques. Le médicament peut également être utilisé pour prévenir les symptômes de l'asthme provoqués par l'exercice, selon la notice du médicament présente sur le site de l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS). "Chris Froome n'a jamais caché sa consommation de salbutamol", indique Gilles Goetghebuer. "Beaucoup de sportifs en prennent d'ailleurs, soit parce qu'ils sont asthmatiques, soit parce qu'ils font un sport qui nécessite de faire transiter de très grands litres d'air, à l'instar du cyclisme. Ces flux d'air font que les bronches sont souvent irritées. Le problème, c'est qu'à très haute dose, ces médicaments peuvent avoir un effet anabolisant, qui agit sur la masse musculaire", explique le rédacteur en chef de Sport & Vie. Le test d'urine effectué le 7 septembre après la 18e étape de la Vuelta a révélé chez Chris Froome une concentration excessive de Salbutamol: 2.000 nanogrammes par millilitre (ng/ml) comparé au seuil de 1.000 ng/ml de l'Agence Mondiale Antidopage (AMA). "2.000 ng/ml, c'est énorme. Ca correspond à 32 bouffées d'aérosol", commente G. Goetghebuer. Il y a trois ans, lors du Giro d'Italie, le cycliste italien Diego Ulissi s'était approché des taux présentés par Christopher Froome. Il avait alors été condamné à 9 mois de suspension. Gilles Goetghebuer pointe à cet égard la responsabilité de l'Agence antidopage. "Elle a tellement assoupli les règles de consommation du salbutamol que les sportifs rejoignent toujours plus la limite à ne pas dépasser." (Belga)

Nos partenaires