Finale de la Coupe Davis: "avec David Goffin, la barre va être très haute", pense Yannick Noah

21/11/17 à 12:27 - Mise à jour à 12:30

Source: Belga

(Belga) La France affrontera la Belgique en finale de la Coupe Davis de tennis, à partir de vendredi au stade Pierre Mauroy de Villeneuve- d'Ascq. Les 'Bleus' vont devoir sortir le grand jeu pour l'emporter. Avec les récents exploits de David Goffin, "la barre va être très haute pour nous", pense le capitaine Yannick Noah.

Si Yannick Noah, capitaine des 'Bleus', dispose d'un noyau de qualité, avec quatre joueurs de simple dans le top-60 mondial (Jo-Wilfried Tsonga 15e, Lucas Pouille 18e, Richard Gasquet 31e et Julien Benneteau 57e), Noah craint le collectif belge emmené par David Goffin (ATP 7), récent finaliste du Masters de Londres. "Ça fait dix jours qu'on est accrochés à ses résultats, en tant qu'équipe. C'est sans doute la même chose pour eux... Il a très bien joué. Sa qualité de jeu est extraordinaire. La barre va être très haute pour nous si on veut le battre", pense Noah. L'équipe de France dispose toutefois d'une belle carte face à Goffin: Lucas Pouille. Ce dernier a battu notre compatriote lors de leurs trois affrontements, tous en 2016, à Brisbane, Madrid et Metz. "Je n'ai pas vraiment d'explication", sourit Pouille, 23 ans. "C'était à chaque fois un match difficile, serré. Je sais qu'il fait partie des meilleurs joueurs du monde, pour le battre il faut jouer son meilleur tennis", a confié le joueur français. La France vise un dixième Saladier d'argent. La dernière victoire remonte à 2001 (3-2 contre l'Australie à Melbourne). La dernière finale, elle, date d'il y a seulement trois ans. En 2014, les 'Bleus' s'étaient en effet inclinés 1-3 face à la Suisse. Une finale jouée... à Villeneuve-d'Ascq. Noah n'y voit pas un mauvais augure. "Je n'étais pas là (le capitaine était Arnaud Clément, ndlr), l'équipe a changé, l'atmosphère également. Il faut se servir des erreurs du passé, que ce soit au niveau des joueurs sur le court ou de l'approche des matches. Chaque défaite est riche en enseignements. Une belle analyse, un bon debriefing après chaque revers, c'est ce qui aide à progresser", a expliqué Noah. (Belga)

Nos partenaires