Exclusif : Luciano D'Onofrio a tenté d'acheter des parts d'Anderlecht

18/05/15 à 11:49 - Mise à jour à 11:48

Source: Sportmagazine

L'ex-boss du Standard se serait bien vu propriétaire de 20% des parts du Sporting Anderlecht.

Exclusif : Luciano D'Onofrio a tenté d'acheter des parts d'Anderlecht

Luciano D'Onofrio est désormais plus intéressé par Anderlecht que le Standard. © BELGA

Alors que la vente du Standard est revenue sur le devant de la scène, le nom de Luciano D'Onofrio est réapparu aussi vite. La semaine passée, le fonds d'investissement néerlandais, Value8, est revenu aux nouvelles, preuve que Roland Duchâtelet est toujours bien vendeur. Les Néerlandais avaient proposé 18 millions en 2011 et ne devraient pas faire une offre tellement supérieure.

Tout le monde attend la contre-attaque de Bruno Venanzi. Celui-ci ne dispose certes pas d'une plate-forme financière de mécène mais il est dans la place et Duchâtelet lui a promis de le tenir au courant de sa stratégie (et des offres éventuelles). Sur ce point, contrairement à ce qui a été relayé à de nombreuses reprises, il ne dispose pas d'un droit de préemption en tant que tel mais davantage d'un gentleman's agreement entre lui et Duchâtelet.

Il était d'ailleurs au courant de la venue des Néerlandais jeudi dernier à l'Académie. Libre à lui donc de contre-attaquer s'il veut prendre la tête du Standard. On a également évoqué une alliance entre Venanzi et d'autres entrepreneurs liégeois. Dans ce cas-là, tous les regards se tournent vers François Fornieri (lui aussi cité parmi les personnalités liégeoises les plus influentes dans le dossier du Vif/L'express), patron de l'entreprise pharmaceutique Mithra. Qui dit Fornieri dit obligatoirement Luciano D'Onofrio dont il est très proche. Mais cette hypothèse a du plomb dans l'aile. Premièrement, parce que Fornieri est très occupé par la progression de son entreprise (et la recherche de capitaux qu'implique ce développement). Ensuite, parce que Lucien D'Onofrio semble désormais plus impliqué à Anderlecht qu'au Standard. On sait qu'il a débloqué les transferts de Steven Defour, Rolando et Marko Marin mais, il y a quelques mois, il a également proposé de racheter 15 à 20% des parts d'Anderlecht, se heurtant de nouveau à un refus.

Enfin, si Fornieri décidait malgré tout de se lancer dans l'aventure, cela ne devrait pas être aux côtés de Venanzi. Si Venanzi et D'Onofrio se connaissent, les relations entre les deux se sont quelque peu raréfiées depuis que Venanzi a décidé de travailler avec Duchâtelet, personne haïe par D'Onofrio.

Par Stéphane Vande Velde

Nos partenaires