Euroligue (d) - 10e journée - Castors Braine au pied du mur face à Villeneuve d'Ascq mercredi

02/01/18 à 14:13 - Mise à jour à 14:15

Source: Belga

(Belga) Pour le compte de la 10e journée de l'Euroligue féminine, Castors Braine reçoit Villeneuve d'Ascq mercredi (20h30) au Spiroudôme de Charleroi dans un remake de la finale de l'Eurocoupe de mars 2015. Les Brainoises s'étaient à l'époque inclinées face aux Nordistes (53-73), déjà à Charleroi, laissant le trophée européen aux Françaises, mais l'enjeu est cette fois autre pour Castors Braine, 7e et avant-dernier de sa poule avec deux victoires au compteur.

"C'était un autre temps. Nous avons toujours de bonnes relations avec Villeneuve, mais demain (mercredi), ce sera la guerre dans un match particulièrement important", a commenté Jacques Platieau, le président des Castors de Braine qui situe la tension mardi à Braine-l'Alleud à la veille d'un rendez-vous crucial pour la suite de la saison des championnes de Belgique. Si les quarts de finale de l'Euroligue (pour les quatre premiers du groupe) semblent hors de portée, Braine veut encore espérer rejoindre la 6e place (ou la 5e) dans sa poule, qualificative pour l'Eurocoupe. Les Brainoises doivent accrocher une victoire contre l'ESBVA qui, 5e, possède deux victoires de plus comme Bourges, 6e. "Mathématiquement, nous serions toujours dans le coup, mais c'est vrai qu'une défaite nous compliquerait singulièrement la tâche", concédait le président brainois qui insiste sur l'importance de poursuivre l'aventure européenne. "Cela nous permettrait de vivre quelque chose de similaire à ce que nous avions vécu il y a deux ans. Si nous sommes en Euroligue, c'est pour avoir des ambitions. Il est légitime de dire dès lors que nous visons la 5e ou 6e place, sinon on ne s'inscrit pas. L'objectif est également de devenir une valeur stable en Euroligue. Il nous faut donc des résultats. C'est grâce à cela que nous y sommes sur base d'un classement basé sur les années précédentes et la place de la Belgique dans le ranking européen". La pression est dès lors sur le groupe brainois et son coach Ainars Zvirgzdins, battus lors du premier match en France (81-71 fin octobre). "Nous avions tenu jusque dans les dix dernières minutes puis nous prenons dix points", se rappelle le mentor letton, déjà à la tête de Braine il y a deux ans. "Nous n'avons pas l'équipe pour rivaliser en Euroligue, nous devons donc compenser par autre chose: l'attitude, la concentration pendant 40 minutes et l'esprit d'équipe. Il faut surtout bien commencer nos matches. Notre problème est que nous les commençons mal. Cela nous complique toujours la tâche. Je ne ressens pas une pression particulière pour ce match. Nous avons bien travaillé, nous avons progressé et nous sommes prêts à gagner". Il restera ensuite encore 4 matches pour Castors Braine, à Galatasaray (11 janvier), contre Sopron (17 janvier), à Polkowice (24 janvier) et face à Prague (31 janvier). "Nous ne devons pas penser que nous sommes dans une situation de 'do or die'", a ajouté Manon Grzesinski, la jeune intérieure belge de Braine. "Il faut aborder le match de façon positive, pour le gagner. Et si nous respectons les consignes du coach, nous sommes supérieurs à Villeneuve et nous devons gagner". (Belga)

Nos partenaires