Euro 2017 de hockey (m) - Les Red Lions à la conquête vendredi de leur 2e finale continentale

25/08/17 à 06:01 - Mise à jour à 06:13

Source: Belga

(Belga) Déjà finalistes de "leur" Euro en 2013 à Boom, les Red Lions tenteront vendredi sous le coup de 17h00, au Wagener Stadium d'Amstelveen, d'obtenir pour la deuxième fois de leur histoire une place en finale de la compétition continentale, qui pour les messieurs existe depuis 1970. Les hommes de Shane McLeod y affronteront l'Allemagne (FIH-3) qu'ils retrouveront en match officiel pour la troisième fois en un peu plus d'un mois, après l'avoir sévèrement battue 6-1 en finale de la demi-finale de World League, le 23 juillet dernier à Johannesburg (défaite 2-3 en phase de poules).

Les Allemands, médaillés d'or en 2013 à Boom en battant la Belgique en finale, ont terminé premiers du groupe B avec 7 points, s'imposant contre l'Angleterre et la Pologne et faisant match nul avec l'Irlande. Les hommes de Shane McLeod se sont quant à eux classés à la deuxième place du groupe A avec 6 points, après un succès 4-1 contre l'Autriche et surtout une victoire mémorable 5-0 lundi contre le pays hôte des Pays-Bas. L'euphorie belge a néanmoins été quelque peu ternie par le surprenant revers 0-2 des Lions mercredi face à l'Espagne, dans leur 3e et dernier match de poule, permettant aux Néerlandais de leur rafler la première place du groupe qui permettra aux Bataves de défier en soirée (20h00) l'Angleterre (FIH-7) pour la deuxième place de finaliste. "Malgré le rajeunissement des cadres, les Allemands possèdent toujours le même système de jeu", analyse Florent Van Aubel, le talentueux attaquant des Red Lions. "Ils jouent toujours en homme contre homme mais sont très habiles pour 'switcher' en zone. Alors qu'ils ont un jeu très structuré et qu'ils ne lâchent jamais rien habituellement, je trouve qu'ils ont souvent été malmenés durant cet Euro. Surtout contre l'Angleterre, mais aussi contre l'Irlande, c'est spécial de les voir mener 2-0 contre les Anglais et qu'ils se fassent remonter à 2-3, avant de reprendre les commandes. Mais nous devons surtout nous concentrer sur nous-mêmes. On ne joue d'ailleurs bien que lorsque l'on sait à l'avance que l'on doit se surpasser", explique celui que beaucoup surnomment 'le magicien' en raison des ses dribbles spectaculaires. "C'est un peu exagéré, je pense que je ne dribble qu'au bon moment. J'essaie de ne jamais forcer et préfère adresser la bonne passe à un équipier isolé plutôt que de risquer de perdre la balle. Tout dépend des circonstances, et si je prends la décision de dribbler c'est de façon instinctive, jamais réfléchie." (Belga)

Nos partenaires