Marc Degryse
Opinion

12/12/17 à 13:30 - Mise à jour à 13/12/17 à 11:36
Du Sport/Footmagazine du 13/12/17

"Et si Charleroi refaisait le coup de Zulte Waregem ?"

Pour Marc Degryse, le chroniqueur de Sport/Foot Magazine, Charleroi devient petit à petit un véritable candidat au titre.

"Et si Charleroi refaisait le coup de Zulte Waregem ?"

Les Carolos après l'ouverture de Kaveh Rezaei le week-end dernier à Anderlecht. © BELGAIMAGE

Felice Mazzù continue à tempérer les succès de Charleroi, comme s'il ne voulait pas qu'on prenne son équipe au sérieux. Mais les semaines passent, les victoires s'enchaînent, les succès de prestige s'accumulent, donc il faut bien passer au palier suivant et considérer cette équipe comme un vrai candidat au titre. Qu'est-ce qui pourrait nous inciter à toujours penser le contraire ?

Si on regarde les différentes colonnes du classement, tout est quand même très clair. Charleroi est bien calé à la deuxième place et maintient la différence avec Bruges dans des proportions très raisonnables. Seuls le Club et Waasland Beveren ont marqué plus de buts. Et, plus révélateur encore, il n'y a que le Club qui a une différence de buts plus intéressante. Charleroi en est à + 14.

S'il y en a qui doutaient encore des chances de Charleroi d'aller très loin, jusqu'au bout, la victoire de ce dimanche à Anderlecht pourrait faire office de révélateur, de prise de conscience. C'est une victoire nette, que personne ne peut contester. Avec un peu plus de réussite et / ou d'adresse, ça aurait pu être 0-3 ou 0-4 à la mi-temps. À Anderlecht !

Clairement, ce Charleroi ne peut plus être considéré comme un simple outsider, comme un club qui prend doucement l'habitude de participer sagement aux play-offs 1. Aujourd'hui, ce n'est pas sot de considérer Charleroi comme un candidat au titre. Son parcours, cette saison, présente des similitudes avec celui de Zulte Waregem en 2012-2013. Et cette saison-là, l'équipe de Francky Dury avait quand même bataillé pour le titre jusqu'au dernier match des PO.

Ce qui me frappe, depuis quelques semaines, c'est la profondeur du noyau de Charleroi. À Anderlecht, on avait Mamadou Fall et Clément Tainmont sur les flancs. Des joueurs qui n'étaient pas trop présents pendant la première partie du championnat parce qu'il y avait Amara Baby et DodiLukebakio pour faire le boulot. Toujours à Anderlecht, c'était un duo Gaëtan Hendrickx - Marco Ilaimaharitra dans le coeur de l'entrejeu, alors que c'est d'abord Christophe Diandy qui s'y était installé.

Partager

Herman Van Holsbeeck critique le style attentiste de Charleroi ? Mais il a employé René Weiler pendant une quinzaine de mois !

Pendant des semaines, Baby, Lukebakio et Diandy ont rapporté des points à Charleroi. Aujourd'hui, ce sont d'autres gars qui s'en chargent. Comme Cristian Benavente, qui explose complètement. Et puis il y a le phénomène Kaveh Rezaei.

Mazzu peut être privé de quelques pions majeurs, ça reste très solide et très efficace. En défense, il a depuis le début des tauliers, des rocs qui restent indispensables : Nicolas Penneteau, Stergos Marinos, Javi Martos, Dorian Dessoleil, tous des gars qui tournent autour des 100 % de temps de jeu. À gauche, il y a eu la révélation Nurio. Mais, pour le match à Anderlecht, Mazzu y poste Francis N'Ganga et c'est à nouveau un coup dans le mille, une illustration supplémentaire de la largeur de ce noyau.

Quels que soient les pions, l'ensemble reste organisé, discipliné, efficace. Charleroi punit les erreurs adverses et est difficile à manoeuvrer, même pour les meilleures équipes. Quand deux gros chiens se disputent un os, c'est parfois le troisième, moins costaud, qui part avec. À Bruges et à Anderlecht, on devrait réfléchir à cette histoire.

Impensable, quand on parle de Charleroi, de ne pas évoquer les commentaires sur le foot soi-disant défensif de Felice Mazzù. Mais les chiffres (buts marqués et goal-average) doivent quand même faire réfléchir. Si tu ne fais que défendre, tu n'atteins pas ces scores. On ne va pas dire que Charleroi pratique un foot dominant, mais il n'y a pas non plus autant de qualités qu'au Barça. Ce club fait avec ses moyens et le fait de mieux en mieux. Et puis, quand les commentaires sur ce foot prétendument défensif viennent de Herman Van Holsbeeck, ça me fait un peu rire. Ce n'est pas lui qui a maintenu René Weiler en place pendant une quinzaine de mois ?

Nos partenaires