Marc Degryse
Opinion

08/05/18 à 13:00 - Mise à jour à 13:03

Encore le VAR... où sont les hommes ?

Pour Marc Degryse, le chroniqueur de Sport/Foot Magazine, le VAR est une bonne chose et il ne faut surtout pas arrêter l'expérience sous prétexte qu'il y a des couacs à répétition.

Encore le VAR... où sont les hommes ?

© BELGAIMAGE

Bart Verhaeghe est vice-président de l'Union Belge ? Ou pas ? Quelques jours après les propos carrément déplacés de la direction de Gand sur l'arbitrage, c'est maintenant le patron de Bruges qui sort avec ses gros sabots. Et c'est encore plus impardonnable dans son cas, évidemment. En insinuant que les arbitres ont tendance à favoriser Anderlecht, il attaque de front sa propre institution.

Si je me souviens bien, c'est le même Verhaeghe qui déclarait, il y a quelques mois, que le VAR était un bon système. Maintenant, il le démolit. Y aura-t-il quelqu'un pour lui rafraîchir la mémoire et lui remettre les pieds sur terre ? Les matches contre Eupen, Waasland Beveren, Zulte Waregem, Genk, tous des rendez-vous où Bruges a été favorisé, parfois avec l'aide du VAR, il les a zappés ?

On critique durement l'arbitrage à Bruges, à Gand, aussi à Anderlecht via Hein Vanhaezebrouck. Ce n'est pas acceptable. Mais ce qui est encore plus inacceptable et surprenant, c'est l'absence de sanctions. Les attaques sont plus que jamais une routine impunie, quand va-t-on agir ?

Maintenant, on est malheureusement obligé de parler une nouvelle fois de tous les bugs du VAR. Et ça aussi, c'est une routine. Je répète ce que je dis depuis l'entrée en fonction du système : c'est une bonne chose pour le football et il ne faut surtout pas arrêter l'expérience sous prétexte qu'il y a des couacs à répétition. Le système est positif, maintenant on doit d'urgence faire le nécessaire pour bien screener et former ceux qui l'utilisent.

La phase de test de ces hommes est-elle suffisante ? Leur formation est-elle à la hauteur ? Il faut leur apprendre le système et les former pour qu'ils prennent des décisions uniformes. Je prends simplement l'exemple des deux derniers matches entre Anderlecht et le Club. À Bruxelles, le but brugeois est annulé, justement, parce qu'Abdoulay Diaby est hors-jeu pour quelques centimètres.

Dimanche dernier, à Bruges, la phase sur le but anderlechtois était tout à fait comparable. Lukasz Teodorczyk était lui aussi hors-jeu pour quelques centimètres, ou peut-être seulement une poignée de millimètres. Mais il était en position hors-jeu, ça ne se discute pas. Donc il fallait annuler le but. Et ce hors-jeu était quand même clair et net sur les images à la disposition de l'homme qui était dans le bus.

Partager

"Un titre attribué sur l'une ou l'autre grosse erreur arbitrale, justement l'année où on a introduit la vidéo, ce serait un constat terrible."

À trois matches de la fin de la première saison d'utilisation, je donnerais une cote d'un petit six sur dix au VAR. Mais s'il est bien utilisé par des personnes compétentes, ça peut grimper très fort. L'arbitre qui est sur le terrain est dans le feu de l'action, tout va très vite et on ne peut pas sous-estimer l'aspect physique, son épuisement suite à la débauche d'efforts. Ce sont des circonstances atténuantes, ça peut expliquer une baisse de sa lucidité. Mais ces circonstances atténuantes, l'homme qui est dans le car ne peut pas les invoquer. Techniquement, on a tout ce qu'il faut pour que l'arbitrage vidéo soit performant. C'est sur le plan humain que ça coince jusqu'à présent.

Le penalty non sifflé pour la faute de Pieter Gerkens sur Hans Vanaken et le but non valable de Teodorczyk, c'est énorme dans un match de cette importance. Sur un plan purement sportif, Bruges continue à s'écrouler et perd maintenant son calme, alors qu'Anderlecht continue à être irrégulier. Et puis il y a le troisième chien, le Standard, qui voit que l'os pourrait être pour lui au bout du compte. J'espère surtout une chose : que le titre de champion de Belgique ne soit pas attribué sur l'une ou l'autre grosse erreur arbitrale. Arriver à ça la saison où on a introduit la vidéo, ce serait un constat terrible.

Nos partenaires