Edmilson Junior : ils le voulaient tous !

12/01/16 à 15:00 - Mise à jour à 15:20

Source: Sportmagazine

Il est parti par la petite, il revient par la grande porte. Edmilson Junior a balayé d'un revers de main les nombreuses possibilités qui s'offraient à lui pour écouter son coeur et rejoindre Sclessin.

Edmilson Junior : ils le voulaient tous !

Edmilson Junior a écouté son coeur en rejoignant le Standard. © BELGA

S'il a finalement retrouvé le club de ses premières amours, le retour d'Edmilson Junior ne s'est pas fait en douceur.

Quand le coeur parle, les sirènes de l'étranger sifflent. A Leipzig d'abord, qui souhaite le recruter dès cet été, puis à Galatasaray ensuite. " Ce fut long et douloureux, mais si on avait choisi l'argent, on serait parti là-bas ", tranche sans hésitation Karim Rafiki, son agent de toujours.

Dans les mêmes contrées, Sankt Pauli, le mythique club d'Hambourg, Kayserispor et Bursaspor, venu initialement superviser Tom De Sutter lors de l'ouverture contre le Club, se montrent intéressés.

Le FC Bâle, proposant un tremplin vers l'Angleterre, l'AZ Alkmaar, coaché par John van den Brom, bien connu de Rafiki depuis l'époque Nacer Chadli à Apeldoorn, et l'Ajax, qui continue de suivre le joueur malgré le transfert, s'ajoutent à la longue liste de prétendants.

Mais la pression la plus terrible vient de Gand et de Michel Louwagie. " Il m'appelait plus que ma femme ", rigole Rafiki. " Sur la nuit de samedi à dimanche (du 2 au 3 janvier, ndlr), quand il a senti que je donnais moins d'intérêt, il m'appelait toutes les 20 minutes. C'est pas possible, il a dû mettre son téléphone sur appel automatique ! Mais ce que je n'ai pas apprécié, c'est qu'il contacte directement Junior. "

Et le STVV, qui tente de lever l'option de son contrat signé cet été pour une saison et annonce qu'un accord est trouvé avec les Gantois, n'arrange pas les choses. Le transfert est finalement acté le 6 janvier dernier pour des raisons simples : Edmilson retrouve son coach, sa maison, sa famille et n'aura besoin que d'un temps d'adaptation très court.

" Quand on en discutait, je le voyais dans ses yeux. C'était le Standard. On a vécu le match contre Anderlecht avec Yvan Erichot, Rob Schoofs et Fayçal Rherras. Quand on a quitté le stade, il m'a dit : 'J'ai des frissons. Quel bonheur ça doit être d'être sur le terrain...' Je savais qu'au fond de lui, c'est ce qu'il voulait. "

Par Nicolas Taiana

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à Edmilson Junior dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires