Diables rouges - Vertonghen ne veut également pas se contenter d'un match nul

02/09/17 à 21:33 - Mise à jour à 21:34

Source: Belga

(Belga) A l'image du sélectionneur national Roberto Martinez, Jan Vertonghen ne veut en aucun cas prôner un match nul dimanche soir contre la Grèce pour le compte de la huitième journée du groupe H dans le cadre des matchs de qualification pour la Coupe du Monde 2018 en Russie.

"Nous voulons tout simplement gagner ici. J'ai souvent connu des situations où un match nul était suffisant, mais miser sur un nul n'est pas la bonne attitude. Nous irons pour gagner et nous qualifier", a expliqué samedi Vertonghen au stade Georgios Karaiskakis lors de la traditionnelle conférence de presse d'avant match. Avec une victoire dans le stade de l'Olympiakos, conçu à l'origine en 1895 pour servir de piste vélodrome lors des premiers Jeux Olympiques de l'époque moderne, les Diables rouges seront certains de terminer premiers de leur groupe et d'être qualifiés pour la Russie, et ce à deux journées de la fin des qualifications. En cas de match nul, il faudrait un miracle pour qu'ils soient éliminés. "Cela a toujours été différent", reconnaît Vertonghen. "J'ai participé à six ou sept campagnes qualificatives et nous sommes dans une situation idéale. N'oublions pas que nous étions têtes de série lors du tirage au sort et c'est un énorme avantage. Dans cette campagne, nous sommes d'ailleurs très appliqués, à l'exception du match à domicile contre la Grèce où nous en attendions plus. Les Grecs avaient beaucoup défendu, nous avions eu très peu d'occasions jusqu'à l'heure de jeu. Demain/Dimanche, nous devrons maintenir un rythme plus élevé, essayer de marquer et garder le zéro. Auparavant, nous ne tenions pas ce genre de discours mais cette fois-ci, ce sera très important de le faire. Je pense que demain les Grecs défendront aussi, mais leurs supporters n'apprécieront pas. Ce qui peut être un avantage pour nous." Avec un bilan de 19 points sur 21 et un goal average de +31, cela est simple pour les Belges. Les qualifications sont peut-être trop faciles mais les adversaires à la Coupe du Monde seront d'un autre niveau. "Je ne dirais pas trop facile car la Bosnie et la Grèce restent des adversaires difficiles. Nous espérons nous qualifier pour la Coupe du Monde et ensuite nous devrons trouver de bons adversaires pour les matchs de préparation. Nous ne souhaitons évidemment pas tomber contre des adversaires plus forts en phase de poule", conclut le défenseur des Spurs. (Belga)

Nos partenaires