Marc Degryse
Opinion

08/09/15 à 16:39 - Mise à jour à 16:44

Degryse : pas d'excuse pour les Diables

Pour Marc Degryse, le chroniqueur de Sport/Foot Magazine, tant le coach que les joueurs doivent se remettre en question.

Degryse : pas d'excuse pour les Diables

Malgré la victoire, les Diables ont déçu face à Chypre. © BELGA

On a pris 6 points contre la Bosnie et Chypre, on ira sauf catastrophe à l'EURO. Et maintenant ? Et si tout le monde décidait enfin de voir les choses en face et de faire les bonnes analyses ? Le coach comme les joueurs. Quand j'entends Marc Wilmots expliquer, après le match contre la Bosnie, qu'il a vu beaucoup de bonnes choses, là je ne le suis plus du tout.

Après la défaite au Pays de Galles, on a entendu que nos joueurs étaient fatigués après une longue saison. Aujourd'hui, on est en tout début de campagne mais j'entends que si les Diables ne sont pas au top, c'est parce qu'ils n'ont pas encore eu le temps d'arriver à leur pic de forme. Mais alors, quel est le bon moment pour jouer un match international ?...

Les Belges ont eu le bon goût, en arrivant à Chypre, de dire qu'ils n'utiliseraient pas l'excuse de la chaleur. C'est déjà ça. Mais il aurait alors fallu assumer jusqu'au bout et mettre un peu de rythme dans ce match, malgré les conditions climatiques. Comme trois jours plus tôt, ils n'ont pas été capables de le faire. L'excuse d'un mur chypriote difficile à franchir ? Sur ce point-là non plus, ils n'ont pas le droit de la ramener parce que l'adversaire a tout fait sauf bétonner. Sur certaines contre-attaques, on a parfois eu beaucoup d'espaces mais ça n'a servi à rien.

En rentrant de la Coupe du Monde, quelques joueurs se sont plaints auprès de journalistes, ils ont dit que ceci et cela n'avait pas été assez préparé, planifié, travaillé. Mais ils l'ont fait en off. Ils n'ont pas osé dire ces choses-là publiquement, et pour moi, ça reflète un manque de personnalité.

Partager

A Chypre, on n'avait pas de blessé et pas de suspendu. Ce n'est sûrement pas ça qui me rassure.

Bref, il y a toujours quelque chose qui ne va pas et qui est censé expliquer le jeu poussif de l'équipe nationale. Moi, je m'interroge sur des choix surprenants. Christian Benteke était forfait contre la Bosnie parce qu'il souffrait d'une blessure musculaire. Comment est-ce possible d'être soi-disant à 100% trois jours plus tard pour jouer à Chypre ? Il n'a pas été meilleur que Romelu Lukaku face aux Bosniens. Et pourquoi avoir mis Divock Origi à sa place en cours de match ? Quel est le temps de jeu d'Origi depuis le début de la saison avec Liverpool ? Si Michy Batshuayi a été sélectionné, c'est parce qu'il joue et marque depuis l'été avec Marseille. Mais dimanche, il n'était pas sur la feuille de match. Cela me surprend.

Au bout du compte, on a eu les deux victoires attendues mais deux matches endormants avec de rares éclaircies individuelles. Les Belges n'ont pratiquement jamais accéléré. Voir des Bosniens et des Chypriotes qui arrivent aussi régulièrement près de notre rectangle sans subir aucune pression, c'est anormal. On peut incriminer l'entraîneur mais les joueurs ne peuvent pas fuir leur responsabilités. J'ai l'impression qu'ils ont un raisonnement bien ancré en eux : " On est tellement bons que ça ne peut qu'aller tout seul. "

Pas de pression, pas assez d'engagement, des fautes techniques, de la suffisance, ça fait beaucoup trop. Même si certains sont sortis du lot par moment, quel Diable ayant joué ces deux matches peut dire, la main sur le coeur, qu'il a été aussi performant que dans son championnat et ses matches de Ligue des Champions ? On ne voit pas de pensée collective et pas de collectif qui rend les individualités meilleures. Il n'y avait pas de blessé et pas de suspendu à Chypre, c'était donc, sur le papier, notre équipe type. Ce n'est sûrement pas ça qui me rassure.

Nos partenaires