Marc Degryse
Opinion

15/09/15 à 09:30 - Mise à jour à 14/09/15 à 14:40

Degryse : "Lyon, Monaco, Naples... 3 fois ouille !"

Marc Degryse, le chroniqueur de Sport/Foot Magazine, n'est pas confiant concernant les matches européens de nos clubs belges cette semaine.

Degryse : "Lyon, Monaco, Naples... 3 fois ouille !"

La performance de Bruges sur le terrain de Mouscron est loin d'être rassurante avant le premier duel européen des hommes de Michel Preud'homme à Naples. © BELGA

Comment être optimiste pour nos clubs au moment où la Coupe d'Europe commence vraiment ? Nos trois équipes sont toujours à la recherche de leur football, et en face, il y a directement du très lourd. Je ne la sens pas, trop, cette semaine !

Ce que Gand montre depuis l'été, c'est très pauvre pour un champion. Cette équipe n'a su marquer que sept buts en sept matches de championnat, dont trois penalties. Le Gand d'après-Nouvel An, on ne l'a toujours pas revu. Laurent Depoitre est à son niveau, il continue à marquer, mais pour le reste...

Hein Vanhaezebrouck cherche des solutions, comme à Zulte Waregem ce week-end où il a testé le duo Depoitre - Kalifa Coulibaly, et où il a aussi laissé souffler des joueurs comme Danijel Milicevic, Renato Neto et Brecht Dejaegere, sûrement en prévision du match contre Lyon. Mais ce n'est toujours pas convaincant.

J'ai l'impression que cette équipe aborde sa première Ligue des Champions sans beaucoup de conviction. Ce sera un gros test, pour le mental aussi. Et déjà presque l'obligation de prendre trois points parce qu'il y aura ensuite des déplacements au Zenit et à Valence.

La seule raison d'y croire, c'est le début de saison assez moyen de Lyon, la forme pas encore retrouvée du buteur Alexandre Lacazette et l'absence de l'autre joueur décisif, Nabil Fekir.

Ça ne s'annonce pas beaucoup mieux pour Anderlecht. On ne peut pas dire que c'était mauvais dimanche contre Genk mais les Mauves ont toujours autant de difficultés pour se créer de vraies occasions et pour en mettre au fond. Même sur leur pelouse, ils n'y arrivent pas.

Il ne faut pas oublier que si Anderlecht est bien classé, il y a eu des victoires un peu miraculeuses contre Lokeren et Waasland - Beveren avec des buts tombés de nulle part dans les dernières minutes. Dès qu'ils arrivent près du rectangle, ça coince, ce n'est pas assez sec, ça manque de sang-froid.

Et contre des adversaires qui refusent le combat, comme Genk qui s'était d'abord déplacé pour ne pas perdre, ça ne fonctionne pas. Il faudra montrer autre chose contre Monaco. Cette équipe ne réussit pas non plus des débuts tonitruants en championnat mais elle a bien montré lors des barrages de Ligue des Champions contre Valence qu'elle avait un autre niveau que le Sporting qu'on voit chez nous depuis début août.

Partager

Pour Bruges, partir à Naples avec un bilan d'un point sur douze en déplacement, ça fait peur.

Et puis, la méforme actuelle de Bruges n'est sûrement pas moins inquiétante ! Jouer Naples avec un bilan d'un point sur douze en déplacement dans notre championnat, ça fait peur. Et il faut voir aussi où le Club a abandonné tous ces points : à Saint-Trond, à Zulte Waregem, à Charleroi et maintenant à Mouscron.

La saison dernière, ils avaient dû attendre l'approche de la trentième journée pour comptabiliser trois défaites. Cette fois, ils y sont déjà après sept journées. Michel Preud'homme est toujours en pleine recherche, les automatismes ne sont pas là, je prends l'exemple de Victor Vazquez et Hans Vanaken qui ne savent pas que faire ensemble.

Je vois aussi un manque de drive et l'impossibilité de tenir un bon rythme pendant une heure et demie. Derrière, il y a actuellement un problème de gardien. Sinan Bolat s'est troué à Mouscron après Sébastien Bruzzese à Saint-Trond, ça fait déjà deux défaites pour la pomme de ceux qui sont censés les empêcher !

Allez, on se console et on essaie d'y croire en constatant que Naples, comme Lyon et Monaco, n'a pas commencé sa saison à du 200 à l'heure.

Nos partenaires