De Baby Rom' à Mister Lukaku

19/04/17 à 14:00 - Mise à jour à 13:40

Source: Sportmagazine

Rom' ne s'est pas fait en un jour. Des premiers pas difficiles à Chelsea jusqu'à la saison de tous les records avec Everton, voici la biographie autorisée made in UK de Romelu Lukaku où s'invitent, entre autres, Didier Drogba, Frank Lampard, José Mourinho et Roberto Martínez. Extrait.

De Baby Rom' à Mister Lukaku

Big Rom : bien dans ses baskets, aujourd'hui, en Angleterre. © GETTY

" C'est le plus beau jour de ma vie ". Nous sommes le 8 août 2011 et Romelu Lukaku vient d'arriver en gare de Saint-Pancras à Londres, sac Burrda (ex-sponsor des Diables) à la main, des dreads sur la tête et un sourire XXL. La presse locale est à l'affût et guette les premiers mots de ce next big thing que l'Angleterre connaît encore très mal. Après deux saisons en pro du côté de Saint-Guidon, le dernier phénomène du foot belge s'apprête à parapher un contrat de cinq ans avec les Blues de Chelsea, dont il est supporter depuis ses dix ans. Rom' vit un rêve éveillé. Tout va très vite. Trop vite. La suite est plus capricieuse. Le " nouveau Drogba ", étiquette trop lourde à porter et dont il souhaitera se débarrasser, n'est pas prêt à déménager les défenses de Premier League. Ni le joueur, ni l'homme ne sont 'finis'. L'intéressé en est le premier conscient.

" Parfois, à Anderlecht, je demandais à aller m'entraîner avec les jeunes le matin, sur les exercices techniques. Je disais : "C'est bien de s'entraîner avec l'équipe première et je vous remercie pour cette opportunité, coach, mais si je peux être honnête avec vous, il faut que je finisse ma formation, que je pense à moi-même." Mais c'était impossible : j'étais meilleur buteur du championnat. Quand je suis arrivé à Chelsea à 18 ans, ça m'a coûté. Niveau finition, il n'y avait pas de problème parce que j'ai toujours su marquer. Mais dans le jeu, je me suis dit "Olah !". Les mecs étaient bien plus malins que moi. "

L'ANONYMAT DE LONDRES

Durant l'épisode Chelsea, il a beaucoup appris au contact de partenaires prestigieux comme Drogba, Lampard ou Terry.

Durant l'épisode Chelsea, il a beaucoup appris au contact de partenaires prestigieux comme Drogba, Lampard ou Terry. © GETTY

Dans la hiérarchie des puncheurs londoniens, Romelu Lukaku ne fait pas le poids face aux Drogba, Fernando Torres, Nicolas Anelka, Daniel Sturridge voire Salomon Kalou. Que du beau monde et de l'expérience du plus haut niveau à revendre. Pour l'ex-star de la Jupiler Pro League, le gouffre est immense. Certains ont eu beau tenter de le freiner, Lukaku était décidé à rejoindre l'Angleterre dès sa majorité et son diplôme de secondaire en poche.

La machine médiatique et publicitaire s'était alors jetée depuis un moment, sur cet ado, buteur, parfait bilingue, sans jamais craindre la démesure : Romelu est, dès la fin de sa première saison en mauve, envoyé dans les plus grands clubs européens (Chelsea, Manchester, Tottenham, Real Madrid), il est " le joueur à 25 millions " d'euros, celui sur qui Anderlecht compte pour rééquilibrer des finances mal en point.

Outre-Manche, son nouveau coach, André Villas-Boas, dont le passage à Chelsea s'avérera un fiasco, n'a cure de cette flatteuse réputation belgo-belge et l'ignore. " De nombreux joueurs pleurent toute leur vie pour aller à Chelsea et n'y évolueront jamais. Je n'avais pas le droit de lui dire de ne pas signer ", raconte son ex-agent de l'époque, Christophe Henrotay. " Au final, il a appris énormément durant cette année car il a rencontré des difficultés. Tout avait toujours été facile pour lui jusqu'à son arrivée à Londres. "

Lukaku retombe dans un relatif anonymat. La réalité est parfois brutale. Son quotidien a pour décor les terrains d'entraînement de Cobham et les rencontres avec les U21. Celui qui a grandi plus vite que les autres retrouve à ses côtés des équipiers du même âge." On m'a mis là quand j'avais 16-17 ans (il place la main haut, ndlr). Quand je suis parti à Chelsea, je n'ai pas joué. Il y a beaucoup de gens qui ont commencé à rigoler de moi : "Ouais il joue pas et tchic et tchac." Ils étaient contents ! Moi, depuis ce jour-là, je me suis dit "Ha ouais ? ! C'est comme ça ? Je vais leur montrer. "

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à Romelu Lukaku dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires