Davy Roef de retour à Anderlecht

24/01/18 à 14:00 - Mise à jour à 23/01/18 à 15:25

Cinq mois après avoir quitté les Mauves, Roef a l'occasion, ce mercredi, de convaincre la direction d'Anderlecht et Hein Vanhaezebrouck, dans ce qui sera sans doute son dernier examen de repêchage.

Davy Roef de retour à Anderlecht

Davy Roef a encaissé un but toutes les 57 minutes cette saison à Waasland-Beveren. © belgaimage

Davy Roef va être suivi attentivement à l'occasion de son retour au stade Constant Vanden Stock. Le gardien de 23 ans, blessé, avait loupé le match aller d'Anderlecht au Freethiel mais le retour ne pouvait mieux tomber : le week-end dernier, Roef a sans doute disputé un des meilleurs matches de sa saison contre Saint-Trond. Il était bien placé aux bons moments et a empêché les Limbourgeois de revenir dans le match. Or, d'après Filip De Wilde, ancien portier d'Anderlecht et conseiller sportif de Waasland Beveren, il l'a fait trop rarement cette saison. " Ce match doit devenir le point de référence pour Davy ", raconte Filip De Wilde, moyennement positif sur le premier semestre de Roef. " C'est sur cette base que je vais le juger en fin de saison. "

Roef est surtout victime de ses statistiques. Il s'est retourné 28 fois en 17 matches et n'a préservé ses filets que durant deux matches, ce qui lui vaut 12 % seulement de clean sheets. Seuls 8 des 32 gardiens de but entrés en action cette saison font moins bien. Son bilan n'est pourtant pas beaucoup plus mauvais qu'à Anderlecht. Là, il se retournait toutes les 68 minutes alors que dans la cage de Waasland Beveren, il a encaissé un but toutes les 57 minutes, jusqu'à présent. " Tournez-le comme vous voulez : un gardien est toujours jugé sur base du nombre de buts encaissés. Or, Waasland Beveren en encaisse beaucoup ", commente De Wilde.

L'entourage de Roef estime qu'il a atteint avec brio son principal objectif : accumuler du temps de jeu. Mais est-il devenu un meilleur gardien au Freethiel ? Les bases étaient déjà posées : depuis des années, on sait que Roef est un gardien polyvalent, qui conserve son calme en toutes circonstances... une sérénité qu'on lui reproche quand ça va mal. Ces derniers mois, l'Anversois de 23 ans a appris à garder pied dans une bonne équipe et à jouer le résultat. Ce soir, on verra si cet apprentissage a réellement porté ses fruits. Les évaluations intermédiaires d'Anderlecht sont en tout cas positives. Le club effectuera sans doute un bilan à l'issue du championnat régulier. Il discutera probablement de l'avenir de Roef, qui lui est lié jusqu'en 2020. " Nous avons déjà discuté avec Davy de ses projets d'avenir mais il est encore trop tôt pour dire quoi que ce soit ", explique son manager, Evert Maeschalck.

Hein Vanhaezebrouck et le successeur d'Herman Van Holsbeeck devront trancher. " Pour le moment, il m'est difficile de juger si Davy est prêt à jouer pour un grand club ", poursuit De Wilde. " Il ne faut pas sous-estimer ce qu'il fait : tous les gardiens de son âge ne défendent pas le but d'une équipe de première division. Celui qui parvient à rester à ce niveau une longue période peut dire qu'il a eu une belle carrière. "

Par Alain Eliasy

Nos partenaires