Courtois : "Mon coeur est à Madrid"

06/02/18 à 17:00 - Mise à jour à 17:32

Son éventuelle prolongation à Chelsea, les rumeurs persistantes qui l'envoient au Real, Thibaut Courtois n'élude rien. Entretien.

Courtois : "Mon coeur est à Madrid"

Thibaut Courtois. © BELGAIMAGE - CHRISTOPHE KETELS

On lit depuis décembre que tu vas prolonger à Chelsea mais ce n'est toujours pas officiel. Ça va se faire ?

THIBAUT COURTOIS : On a convenu de se revoir en février parce que le club avait des dossiers plus urgents à traiter en janvier. Rien ne presse, je suis sous contrat jusqu'en 2019. Normalement, il n'y a pas de souci, je prolongerai. Je suis heureux ici et je vois une direction qui veut encore gagner beaucoup de titres. Les signaux sont positifs. Rien que leur envie de prolonger aussi Eden Hazard, ça me rassure.

Tu dis que ton avenir est lié au sien. Vraiment ?

COURTOIS : J'ai dit ça en blaguant mais on le pense un peu tous les deux, quand même. Quand tu parles du Barça, pour tout le monde, c'est Lionel Messi. Quand tu parles du Real, c'est Ronaldo. Et quand tu parles de Chelsea, pour 90% des gens, c'est Eden Hazard. Regarde le nombre de fois où il fait la différence.

On lit que si tu prolonges, tu deviendras le gardien le mieux payé de l'histoire. Dès qu'on parle des Diables, on parle gros sous. Ça vous énerve ou vous vous dites que ça fait partie du jeu ?

COURTOIS : C'est un peu exagéré. Si tu fais partie des meilleurs du monde dans ton rôle, c'est normal que tu gagnes très bien ta vie. Aux Etats-Unis, les joueurs de basket et de baseball gagnent encore beaucoup plus que les footballeurs ici mais j'ai l'impression que les Américains s'en fichent.

On est bien obligés de parler du Real Madrid...

COURTOIS(il sourit...)

Ton avis sur les rumeurs de ton transfert là-bas, qui reviennent régulièrement ?

COURTOIS : Ma situation personnelle est liée à la ville de Madrid, c'est connu. Mes deux enfants vivent là-bas avec leur maman. J'ai ma fille tous les jours sur Facetime. Elle me dit souvent que je lui manque. Mon fils, lui, est encore trop petit pour qu'on communique comme ça. Chaque fois que j'ai l'occasion, j'essaie de faire un aller-retour en Espagne. Comme situation, ce n'est pas toujours facile. Oui, mon coeur est à Madrid. C'est logique et compréhensible.

Donc, si tu fais le choix du coeur, tu vas au Real.

COURTOIS : Je comprends que les rumeurs reviennent aujourd'hui, vu qu'on parle d'un nouveau gardien là-bas. Mais je ne fais pas trop attention à ça, je reste concentré à fond sur Chelsea.

Il y a un vrai intérêt !

COURTOIS : Je ne sais pas. S'ils me veulent, ils doivent contacter Chelsea. On verra. Mais ils ne l'ont jamais fait. Ce qui est sûr, c'est que je retournerai un jour à Madrid. J'aime l'Espagne, j'ai adoré cette ville, j'y ai passé trois années magnifiques. C'est là-bas que je suis devenu adulte. L'Atlético, c'était un vrai groupe d'amis. On sortait ensemble, mes coéquipiers m'ont appris une langue que je ne connaissais pas du tout en arrivant. Quand j'ai quitté, j'ai pleuré. Mes premiers jours à Londres n'ont pas été simples. L'Angleterre, à mon arrivée, c'était plus froid, plus business. Maintenant, je me sens très bien ici. J'ai très bien trouvé mes marques.

L'argument de tes enfants pourrait faire pencher la balance ?

COURTOIS : Si le Real est vraiment intéressé, ma situation personnelle pourrait influer, oui. L'aspect familial, ça n'a pas de prix. Mais je te répète que, pour le moment, je suis occupé à discuter avec Chelsea pour prolonger.

Par Pierre Danvoye

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Thibaut Courtois dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires